ZOO

Deux Coeurs de l'Égypte - T1 : La barque des milliers d'années

Partagez et donnez votre avis

Critiques Presse

Note moyenne : 4.0 pour 4 critiques presse

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

4 Critiques Presse

note de la critique

En ce matin de septembre 2011, un homme et un bébé surgissent du cœur de la pyramide de Louxor, semblant émerger d’un temps oublié. Voilà bientôt vingt ans que Makyo travaille sur une bande dessinée traitant du mystérieux Akhenaton et le résultat est à la hauteur de sa patience. Assisté du magnifique dessin d’Alessandro Calore et Eugenio Sicomoro, il délivre un premier tome magique laissant présager une série culte.

note de la critique

En ce jour de 1358, le soleil qui se lève sur Thèbes éclaire une bien funeste découverte : le grand voyant du temple, Pentju, gît aux pieds des statues de l'édifice, décapité. Une de ses dernières prédictions concernait la reine Tiyi et assurait que son futur enfant se révèlerait « un roi qui brillerait dans l'éternelle durée ». Si Iseri compatit au chagrin de sa sœur souveraine, elle ne s'empêche pas pour autant de voir l'élu de son cœur, Anouki. Mais le guérisseur peut difficilement faire face au général Manès, prétendant officiel [...]

note de la critique

Je n’ai d'abord pas ouvert la BD. C’est rare. Mais savoir qu’un scénariste, féru de l’Égypte, qui semble aussi avoir un lien métaphysique avec elle et que j’apprécie particulièrement, a mis vingt ans pour en parfaire le scénario force le respect et explique la retenue. Ajouté à cela deux dessinateur, d’égale renommée, ayant participé chacun à l’illustration d’autres scénarios de Makyo, et qui se partagent le récit; Calore pour l’époque contemporaine (9 planches) et Sicomoro pour la période antique (53 planches). L’attente est donc grande avant [...]

note de la critique

A l’époque des pharaons en Egypte, Anoukis, simple prêtre du deuxième degré, reçoit pour mission de sauver le pharaon nouveau-né, Néferkheperourê. Le problème est que le mal dont souffre l’enfant n’est pas soignable en 1358 avant notre ère.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants