ZOO

Giant - T2

Partagez et donnez votre avis

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

4 Critiques Presse

note de la critique

Le premier tome s’achevait sur l’arrivée à New York de Mary Ann et de ses trois enfants, venus d’Irlande pour rejoindre son mari dont elle ignore qu’il est décédé depuis des mois. Giant, l’Irlandais taciturne qui a entretenu une correspondance avec elle en se faisant passer pour le défunt, se remet lentement d’un passage à tabac... Mikaël conclut brillamment ce diptyque et s’inscrit parmi les auteurs sur lesquels il faudra désormais compter.

note de la critique

New York, 1932. Jack Jordan, dit « Giant », au regard de sa corpulence, vient d’être passé à tabac par la pègre italienne. Il est secouru par ses collègues qui, comme lui, travaillent à la construction du Rockefeller Center. Pendant ce temps, Mary Ann Murphy débarque avec ses trois enfants à Ellis Island, la porte du Nouveau Monde, avec son service de l’immigration et ses mises en quarantaine. La jeune mère pense retrouver Ryan, son mari, qui a quitté l’Irlande quelques années plus tôt. Mais il a été enterré au cimetière Calvary, dans [...]

note de la critique

En raison de la correspondance frauduleuse de Giant, Mme Murphy ignore que son mari est mort. Elle le rejoint dans le New York des années 30 qui s’édifie. Conclusion d’un diptyque poignant et… vertigineux.

note de la critique

Giant est un homme, un colosse taiseux. Sous cette carcasse surhumaine se cache un cœur tremblant, qui n’a pas su annoncer la mort de son maris, à une mère de famille. Il a donc prolongé la vie du disparu, à travers une relation épistolaire. Pour elle ; Pour lui aussi. Est-ce que la veuve y a cru ? La voilà qui rejoint Big Apple et son mari, ou plutôt Giant, qui s’est fait passer pour lui. Giant, c’est aussi l’histoire de ces hommes de labeur, qui ont construit de leurs mains, parfois en y laissant la vie, ce qui fait la fierté de New York, ses gratte-ciel, sa [...]

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants