ZOO

K.O. à Tel Aviv : K.O. à Tel Aviv Intégrale (Octobre 2020)

couverture de l'album K.O. à Tel Aviv Intégrale

Série : K.O. à Tel AvivÉditeur : Steinkis

Scénario : Asaf HanukaDessin : Asaf Hanuka

Genres : Récit de vie, Roman Graphique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 29.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Asaf Hanuka est israélien, habite à Tel Aviv, a une femme, deux enfants et beaucoup de soucis, comme tout le monde. Sa différence ? Il nous raconte tout ceci dans des planches de bande dessinée, narrant chacune un épisode de son quotidien, dont la banalité est transcendée par son talent graphique.

En sélection officielle à Angoulême en 2015, les deux premiers tomes de K.O. à Tel Aviv ressortent en une intégrale. C’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir le train-train quotidien et unique d’Asaf Hanuka et sa petite famille.

Baigné dans la culture comics peuplés de super-héros américains, Hanuka se réapproprie de nombreuses références de culture pop pour narrer ses considérations de jeune père de famille en perpétuelle lutte pour gagner sa vie. Entre une cape de Superman portée par son fils et ses frustrations de citadin le rendant aussi vert que Hulk, Hanuka narre surtout ses états d’âme, dénominateur commun à tout être humain vivant dans une ville moderne comme Tel Aviv.

Alliant banalités, émotions et problèmes existentiels, Hanuka crée une œuvre touchante, universelle et prenante. Son utilisation de couleurs vives, son ton tantôt réaliste, tantôt absurde et toujours quelque peu exagéré, artiste oblige, façonne un style Hanuka très reconnaissable et fort sympathique.

Asaf Hanuka est comme nous tous, il a ses problèmes et lutte quotidiennement pour les surmonter. Son recueil K.O. à Tel Aviv se lit comme un roman feuilleton : les personnages attachants ne tombent jamais dans le pathos, l’humour sauve des situations sérieuses abordées et le tout fait réfléchir au sens de notre vie moderne. Un petit bijou à découvrir.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants