ZOO

L'Homme de l'année - T11 : 1886 (Janvier 2016)

couverture de l'album 1886

Série : L'Homme de l'annéeTome : 11/15Éditeur : Delcourt

Scénario : CékaDessin : Filip Andronik, Senad MavricColoriste : Thorn

Collection : Histoire et Histoires

Genres : Historique, Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.0

La statue de la liberté de New York a été offerte par la France aux Etats-Unis. Auguste Bartholdi, grand sculpteur français, a passé des années à chercher le visage de sa statue. Qui l’a inspiré ? Plusieurs hypothèses font toujours débat 130 ans après l’inauguration de l’œuvre. Ce beau récit revient sur cette énigme dont la solution pourrait être une histoire éternelle...

1885 à Paris. Le sculpteur Bartholdi finit l’œuvre de sa vie : la Statue de la Liberté. Il demande à tout le monde de quitter le chantier alors que ce dernier accuse beaucoup de retard. Le sculpteur reçoit alors une personne dans le plus grand secret. Depuis le haut de cette statue, les yeux rivés sur le tout Paris qui s’offre à lui, il se souvient...

En revenant sur une partie du passé de ce grand artiste, le récit nous raconte la longue quête que fut la recherche du visage pour la grande dame new-yorkaise. Les véritables hypothèses avancées par des historiens sont abordées dans cet album. Heureusement, le scénario évite l’impression d’énumération en incluant les muses possibles de Bartholdi dans des rencontres fortuites ou arrangées que l’artiste a pu faire... Cette biographie prenante offre donc une lecture sans heurt et sans ennui. L’atmosphère de la France de la fin du XIXe siècle, artistique ou politique, se révèle toujours en filigrane et agit comme un rehausseur de goût pour l’ensemble.

Le dessin en couleurs pastel offre des décors et costumes assez réalistes. Le trait qui n’est pas sans faire penser aux documentaires, est cependant assez dynamique pour plaire. Il renforce l’impression de réalisme historique, tout en évitant d’en faire trop.

Cet album intéressant et agréable suinte d’un beau romantisme.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants