ZOO

Le Démon du soir ou la ménopause héroïque - T1 (Mai 2013)

couverture de l'album

Série : Le Démon du soir ou la ménopause héroïqueTome : 1/1Éditeur : Dargaud

Scénario : Florence CestacDessin : Florence Cestac

Genres : Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 13.99€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Noémie vient de faire une mammographie. Le docteur détecte deux petites boules… Quoi ? A soixante ans, à deux doigts de la retraite, le cancer lui tomberait dessus ? En attendant les résultats médicaux, Noémie cogite à toute allure. Qu’a-t-elle fait de sa vie ? Et aujourd’hui, que lui reste-t-il ? Un mari grincheux, une fille qui la prend pour une baby-sitter et un travail sans passion ? Oh et puis m**** ! Elle change de vie !

Quand Noémie apprend que ces fameuses petites boules ne sont pas cancéreuses c’est la délivrance. Devant l’apathie et le je-m’en-foutisme de son mari et de sa fille, elle craque. Elle plaque tout ! Son travail, son mariage, sa ville, tout ! A 60 ans, pas question d’attendre passivement le déambulateur dans une vie qui ne lui convient plus. Bonne épouse et bonne mère, elle a fait son boulot. Maintenant il est temps de penser à elle. Au programme, croisière et déménagement dans le sud ! Et si l’amour est au rendez-vous, pourquoi pas ?

Après avoir raconté la femme de 40 ans dans le Démon de midi, celle de 50 dans le Démon de l’après-midi, Florence Cestac revient avec la femme de 60 ans dans toute sa splendeur ! Est-ce qu’elle ne tirerait pas un peu sur la corde quand même ? Oui et non, la femme est une inépuisable source d’inspiration alors pourquoi s’en priver ?

D’autant plus si le sujet est bien traité, comme ici malgré quelques clichés sur la jeunesse. Nous sentons tout le plaisir qu’a dû éprouver Florence Cestac à dépeindre le ras-le-bol de cette femme. Quel pied de plaquer une vie plan-plan sans aucune flammèche d’excitation ! Même à 60 ans la vie n’est pas finie ! Comme le dit Noémie, « ça fait un bien fou ! »

Tout a déjà été dit sur le dessin de Florence Cestac. On aime ou on n’aime pas. Ce qui est sûr, c’est que le trait est juste et retranscrit aussi bien l’humour que les poils. Est-ce Noémie ou Florence qui aime les hommes velus ? Le mystère reste entier mais la question devait être posée !

Un dessin à l'image de l'album, tendre et drôle. Une véritable bouffée de bonne humeur et d'optimisme pour les presque-retraités ou les jeunots qui s'imaginent que la vie s'arrête à 50 ans. Les quelques clichés sont vite occultés par l'atmosphère générale. Répétons le : ça fait un bien fou !

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants