ZOO

Le Petit Spirou - T10 : Tu comprendras quand tu s'ras grand ! (Mai 2012)

couverture de l'album Tu comprendras quand tu s'ras grand !

Série : Le Petit Spirou Tome : 10/18Éditeur : Dupuis

Scénario : TomeDessin : JanryColoriste : Stuf

Collection : Tous Publics

Genres : Humour

Public : Tout public

Prix : 10.60€

ma collection
mes souhaits
série

Synopsis de la BD – Tu comprendras quand tu s'ras grand ! (édition Juin 2006)

Avec le Petit Spirou, je perce les mystères des toilettes séparées (d'un côté les madames, de l'autre les monsieurs), tu apprends que les nénés de la mère de Cassius donnent du chocomel (hum, c'est bon), il porte un maillot constellé de croix (que Dieu lui pardonne !), nous marchons sur des croquettes pour chiens mélangées à des craies de couleurs (c'est d'un goût !), vous vous demandez à quoi peut bien servir un concombre (tiens, oui, au fait ?), et ils poussent le cochonnet un peu loin (c'est le moins qu'on puisse dire). Bref, le Petit Spirou et ses copains conjuguent le verbe rire sur tous les tons. Tu comprendras quand tu s'ras grand !, une nouvelle conjugaison de la verve jubilante de Tome et du trait explosif de Janry.

Haut de page

Détails de la BD – Tu comprendras quand tu s'ras grand !

Général

Type :

Bande dessinée

Éditeur :

Dupuis

Collection :

Tous Publics

Série

Série :

Le Petit Spirou

État de la série :

En cours

Album

Nom de l'album :

Tu comprendras quand tu s'ras grand !

Numéro de tome :

10

Genres :

Humour

Thèmes :

Cycle :

Auteurs

Scénario :

Dessin :

Janry

Couleurs :

Stuf

Édition

Format :

Nombre de pages :

48

EAN :

9782800131139

Informations sur l'édition :

Détails de l'édition :

Date de parution :

Date de dépôt légal :

Novembre 2001

Prix public :

10.60 €

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de cissou

Il est des succès que l'on ne s'explique pas. Tant les premiers épisodes de notre jeune Spirou étaient amusants et frais, tant ce tome 10 a un gout de réchauffé. Entre vulgarité et platitudes.

Posté le 04/08/2014 à 17h00