ZOO

Les compagnons de la libération : L'île de Sein (Mars 2022)

couverture de l'album L'île de Sein

Série : Les compagnons de la libérationÉditeur : Bamboo

Scénario : Brice Goepfert, Jean-Yves Le Naour, Guy MichelColoriste : Fabien Blanchot

Collection : Grand Angle

Genres : Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 14.50€

ma collection
mes souhaits
série

L’incroyable épopée des habitants de l’Île de Sein en 1940…

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Quelques jours après l’appel du 18 juin, 128 des 600 premiers hommes à rejoindre le général de Gaulle, à Londres, viennent de l’Île de Sein. Cette BD raconte leur histoire. Les talents de scénariste de Jean-Yves Le Naour, couplés à la dextérité picturale de Brice Goepfert sont les ingrédients de cette bonne BD. Elle tombe à point nommé.

« L’Île de Sein est donc le quart de la France ! » C’est ce qu’aurait lancé Charles De Gaulle fin juin 1940, lorsque 128 des 600 premiers Français à le rejoindre à Londres après son appel du 18 juin sur la BBC lui ont précisé qu’ils venaient de cette île au large du Finistère. Ces résistants de la première heure, rugueux comme le granit du plateau armoricain et rompus à pêcher dans des creux dantesques, n’ont jamais eu froid aux yeux quand il a été question de sauver leur pays de la barbarie nazie. On leur doit d’être là, aujourd’hui, pour en parler.

Parmi ces hommes de 16 à 54 ans qui s’engagent auprès du Général, l’historien Jean-Yves Le Naour introduit le jeune Fanch. Mais sa mère, qui a déjà perdu son époux en mer, refuse de voir la guerre lui voler son fils. Mais finalement…

Les compagnons de la libération Tome 8 - L'île de Sein

Les compagnons de la libération Tome 8 - L'île de Sein
© Grand Angle, 2022

Le scénario de ce huitième tome de la série des Compagnons de la Libération est une réussite : il s’avale en si peu de temps qu’on en envie de le relire à peine la BD refermée.

Brice Geopfert, maître dans l’art de croquer l’histoire, donne ici un résumé de son talent. Le dessinateur du Fou du Roy, consacré à la vie de Molière, mais aussi Les Chemins de Malefosse ou encore Ninon secrète pour ne citer que certaines de ses séries emblématiques, est aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau du raz de Sein pour mettre cette histoire en images. C’est beau, ça déroule comme un rouleau sur une plage de la baie d’Audierne.

Au final, ça fait du bien de se replonger dans des moments troubles de notre histoire, au moment même où l’Europe de l’Est est meurtrie par un boucher sanguinaire, chef d’orchestre d’un génocide. Alors oui, il faut lire les Compagnons de la Libération. Pour ne jamais oublier. Que sans le courage de ses hommes, on ne pourrait pas lire.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants