ZOO

Les Reines de sang - Isabelle, la Louve de France - T2 : Isabelle, la louve de France T.2 (Juin 2014)

couverture de l'album Isabelle, la louve de France T.2

Série : Les Reines de sang - Isabelle, la Louve de FranceTome : 2/2Éditeur : Delcourt

Scénario : Marie Gloris, Thierry GlorisDessin : Jaime CalderonColoriste : Johann Corgie

Collection : Histoire et Histoires

Genres : Historique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.50€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Les humiliations continuent pour Isabelle, fille de Philippe le Bel. Les relations entre la France et l’Angleterre se tendent au fur et à mesure des décès successifs des fils de Philippe. La position d’Isabelle à la cour d’Angleterre se fragilise chaque jour : elle va devoir réagir ou périr. Cet album nous offre une reconstitution historique prenante.

La plongée dans l’Histoire du XIVe siècle continue avec ce second et dernier tome consacré à Isabelle, reine d’Angleterre. Alors que le roman Les Rois maudits nous livrait l’intimité des fils de France, ce diptyque nous donne à voir la position difficile de la fille de Philippe le Bel, à travers un très beau portrait. Ce tableau nous dépeint une reine digne, ayant une haute opinion du devoir d’Etat, bafouée par son mari, Edouard II. On la découvre à la fois femme amoureuse et mère protectrice de la couronne de son fils.

Passionnés par son histoire, nous finissons par prendre fait et cause pour cette grande dame, lui pardonnant quelques atrocités au vu de son vécu. Le scénario pose clairement et assez habillement les prémices de ce qui sera la guerre de Cent Ans qui déchirera la France et l’Angleterre. Le respect des faits historiques fait de cette série une bonne entrée en matière pour cette période historique particulièrement riche.

Le trait précis et réaliste donne aux personnages, l’épaisseur nécessaire pour que nous ayons l’impression d’être à côté d’eux et de les connaitre parfaitement. D’une grande justesse, le graphisme sait présenter les personnages sous deux jours : tout en majesté dans les cérémonies et, dans les scènes plus intimes, plus simplement mais toujours avec noblesse. L’attention portée aux décors et à certaines scènes, époustouflantes, nous donnent à voir des instants d’histoire semblant être pris sur le vifs.

Cette œuvre à ne pas manquer comptera certainement pour la BD de genre historique.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants