ZOO

Les Savants - T1 : Les Savants T.1 - Ferrare, 1512 - Du plomb en or (Mars 2016)

couverture de l'album Les Savants T.1 - Ferrare, 1512 - Du plomb en or

Série : Les SavantsTome : 1/2Éditeur : Soleil

Scénario : Luca BlenginoDessin : Stefano CarloniColoriste : Franck Isambert

Collection : Quadrants

Genres : Aventure, Historique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.5

Les Savants, nouvelles série concept, va présenter les plus grands cerveaux des temps passés dans un exercice qui n’est pas forcément le leur : l’enquête policière. Copernic ouvre le bal en ce début de XVIe siècle où la science dispute le terrain à l’obscurantisme. À ses côtés, on parcourt les rues de Ferrare dans le cadre d’une enquête classique et gentillette.

1512, Copernic se rend à Ferrare et y apprend la mort de son ami Horatius, professeur d’université, survenue peu de temps auparavant. Ce dernier a été assassiné d’une flèche, en plein cours mais aucun étudiant présent n’avait d’arme et la pièce était fermée. Le mystère reste entier et Copernic n’a pas l’intention de croire aux histoires d’esprits malfaisants ou de magie.

Le récit démarre dans la même veine que Le Nom de la Rose entre les superstitions, un corps qui tombe d’une tour et une histoire de complicité toute masculine. Heureusement, le scénario finit par prendre un autre chemin avec son enquête à tiroirs. L’ensemble reste classique bien qu‘intéressante et maitrisée, mais il a du mal à nous prendre au jeu.

Comme le laisse présager le titre, l’alchimie est bien présente dans l’album à travers la figure de Paracelse, jeune étudiant incontrôlable. Quant à Copernic, il sert de caution scientifique et sa théorie sur le système solaire héliocentrique est légèrement survolée. L’atmosphère de la Renaissance, entre superstition et avancées scientifiques est bien restituée.

Si chaque moment de la journée et chaque ambiance est parfaitement représenté dans les tons et nuances utilisés, les traits des visages souffrent d’un peu d’approximation. Les postures sont parfois empesées, ce qui les rend assez peu réalistes mais les couleurs sont superbes et font merveille tout au long de l’album.

Cet album intéressant laisse cependant une impression mitigée.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants