ZOO

Méga Spirou Hors-Série - T1 : Méga Spirou spécial Gaston

couverture de l'album Méga Spirou spécial Gaston

Série : Méga Spirou Hors-SérieTome : 1/1Éditeur : Dupuis

Scénario : Collectif d'illustrateursDessin : Fabcaro, Collectif d'illustrateurs, Fabrice Erre

Collection : Tous Publics

Public : Tout public

Prix : 11.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 2.0

Scénario

2.0

Dessin

3.0

Méga Spirou publie un album hommage à Gaston au moment même où sort le film consacré au héros de Franquin. Un patchwork inégal où quelques bonnes planches alternent avec des interviews souvent insipides...

Très logiquement, une grande partie du hors-série est consacrée au film sur Gaston. L’ensemble des principaux acteurs sont longuement interviewés : Théo Fernandez (Gaston), Jérôme Commandeur (De Mesmaeker), Arnaud Ducret (Longtarin), Alison Wheeler (Mademoiselle Jeanne) et le réalisateur et acteur (Prunelle) Pierre-François Martin-Laval. De nombreuses personnalités hétéroclites (comme Yann Arthus-Bertrand, José Bové, Philippe Etchebest et autres) s’expriment également sur leur relation avec Gaston et sur la modernité du héros de Franquin.


Du coup, la bande dessinée semble reléguée au second plan dans ce hors-série. Si plusieurs auteurs proposent leur interprétation du héros au pull vert, notamment Fabrice Erre et Fabcaro, aucune ne ressort véritablement du lot. Les gags souffrent cruellement de la comparaison avec l’original. Heureusement, on redécouvre avec plaisir quelques planches de Franquin présentes dans le hors-série.

En ce qui concerne le dessin, les crobars des auteurs de l’album semblent également ternes par rapport à ceux de Franquin. Cela a au moins le mérite de prouver qu’une grande partie de l’humanité et de la drôlerie de Gaston résidait dans les petits traits et le style si caractéristiques du maître belge. De nombreux gags et inventions loufoques de Lagaffe reposaient aussi essentiellement sur la patte de Franquin.

Ce hors-série semble avoir été fait un peu trop rapidement et dans le seul but de coller à la sortie du film. Quelle était la nécessité d’interroger José Bové et Philippe Etchebest sur Gaston ? Un album globalement décevant malgré quelques planches intéressantes.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants