ZOO

Rahan - NB 1 : Rahan - Intégrale noir et blanc T01 (Novembre 2021)

couverture de l'album Rahan - Intégrale noir et blanc T01

Série : Rahan - NB 1Éditeur : Soleil

Scénario : André Chéret, Roger Lécureux

Collection : Aventure

Genres : Aventure

Prix : 39.95€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

3.5

Dessin

5.0

Un pavé noir et blanc dans la mare de la BD lancé il y a 50 ans, qui nous éclabousse toujours du talent d’André Chéret. Rahan nous offre sur 600 pages ses premières aventures sous un pinceau virtuose. C’est surtout le dessin que l’on retient.

Face à cet album, plusieurs réactions sont possibles : un plaisir coupable et nostalgique, une dévotion sans faille pour le fils de Craô, ou une découverte d’un personnage que tout le monde connaît mais dont on n’a pas forcément lu les histoires. Ce serait une erreur de passer à côté de ce mythique héros de Pif sans s’arrêter. D’autant plus que l’écrin en vaut la peine.

Ce Rahan intégrale noir et blanc nous offre ici un beau premier volume remontant à la création de la série. D’emblée, le dessin d’André Chéret est pleinement maîtrisé. Puis on le voit prendre peu à peu son ampleur au fil des épisodes présentés ici, dessinés entre 1969 et 1971. L’expressionnisme des corps, le charisme des animaux, le souffle de la nature préhistorique, le déchaînement des éléments, le travail de la matière, le rendu des ombres et des lumières. C’est de toute beauté. Chéret était un grand dessinateur. On peut feuilleter l’album et s’arrêter longuement sur de nombreuses pages pour en admirer la force graphique. Et quel esthétisme ! Les Américains ont Burne Hogarth (dessinateur maître de l’anatomie, créateur d’un Tarzan entouré d’animaux presque anthropomorphes). Nous, nous ne sommes pas en reste et avons André Chéret.



Rahan - Intégrale noir et blanc Tome 01

Rahan - Intégrale noir et blanc Tome 01
© Soleil, éditions 2022

Les scénarios de Roger Lécureux sont plaisants à lire. Un peu naïfs parfois, mais avec un charme certain, du fait de l’humanité qui s’en dégage. Rahan croise des tribus pas forcément bienveillantes. Mais le blond héros puise dans sa sagesse et répand quand il le peut le bien autour de lui. La bassesse humaine perdurera toujours, mais la grandeur d’âme est contagieuse, et c’est elle que l’on retiendra. Quant à la faune, elle est sauvage, potentiellement dangereuse, mais d’une beauté fascinante.

Le mot « beauté » et ses déclinaisons sont souvent utilisés dans cette chronique, et ce n’est pas un hasard. Quatre autres volumes de 600 pages sont attendus pour cette intégrale.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants