ZOO

S.P.E.E.D. Angels - T2 : Le Carnaval des Pantins (Septembre 2013)

couverture de l'album Le Carnaval des Pantins

Série : S.P.E.E.D. AngelsTome : 2/2Éditeur : Soleil

Scénario : Didier TarquinDessin : Tony ValenteColoriste : Mélanie Pop

Collection : Générale

Genres : Fantastique, Humour

Public : De 9 à 15 ans

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Le Carnaval des pantins est le deuxième tome de la série S.P.E.E.D. Angels, prévue en trois tomes. Ses quatre héroïnes reprennent du service avec, toujours au scénario, Didier Tarquin, connu pour son dessin sur le célèbre Lanfeust de Troy. Ce deuxième tome sympathique et dynamique est hélas parfois un peu confus.

Jane et ses amies viennent tout juste de terminer leur dernier exploit : supprimer un robot géant. Tout semble pour le mieux dans le meilleur des mondes puisqu’elles vont enfin pouvoir se reposer… Que nenni ! Ce serait sans compter sur le maléfique Grand Boudini, marionnettiste-magicien qui œuvre dans l’ombre au service du mal. Les jeunes filles vont devoir reprendre du service !

Ce deuxième opus permet de faire entrer les anges du S.P.E.E.D. dans le vif du sujet. Qu’elle soit plus ancrée dans le quotidien par l’anniversaire de Kathy ou liée aux missions des jeunes filles, l’action est rapide, dynamique. Très dense, elle va même parfois jusqu’à perdre un peu le lecteur en cours de route. L’écriture et les situations mettent également l’humour au premier plan notamment grâce au personnage maladroit et enthousiaste de Kathy.

Le rythme est soutenu par un cadrage dynamique où les explosions, nuages de fumée, traits d’action en tout genre sont rois. Les couleurs vives et acidulées ainsi que le trait moderne aux influences manga digérées ajoutent au dynamisme.

Ce deuxième tome permet de soutenir le rythme des aventures de nos quatre jeunes filles. Le tout donne une impression assez juvénile et plaisante. La fin riche en rebondissement permet d’envisager la suite avec plaisir. Cependant, ses transitions parfois abruptes d’une scène à une autre peuvent perdre et faire passer à côté du propos.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants