ZOO

VilleVermine - T1 : L'homme aux babioles

Partagez et donnez votre avis

Critiques Presse

Note moyenne : 3.9 pour 6 critiques presse

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

6 Critiques Presse

note de la critique

Comme son nom l'indique, Villermine est une cité immonde et totalement livrée à elle-même. La débrouille, le vol et forcément le crime sont les seules voies pour survivre. Jacques Peuplier est un détective un peu particulier : laconique et acariâtre, ce colosse se propose de retrouver des objets du quotidien qui ont été perdus, oubliés ou dérobés. Facile quand on possède le don extraordinaire de pouvoir communiquer avec eux ! Mais ça devient plus compliqué lorsqu'il s'agit d'enquêter tout bonnement sur la disparition de la fille de la reine [...]

note de la critique

Une histoire prenante, entre les genres policier et fantastique, dans une ambiance glauque et oppressante à souhait, nommée dans la Sélection Polar SCNF au festival d'Angoulême 2019.

note de la critique

Dans la cité de Villevermine, un détective pour objets perdus se retrouve mêlé à une sordide machination ourdie par une sorte de savant fou. Une mise en place géniale et rafraîchissante d’un thriller décalé.

note de la critique

A la manière d’un bon polar, l’enquête se déroule avec son lot de retournements de situation, et la particularité qu’a le privé de parler aux objets n’est pas étrangère à l’originalité du scénario. Le dessin semi-réaliste plutôt efficace, rehaussé par des couleurs soulignant le côté crasseux et lugubre dans lequel évoluent les personnages, plante rapidement l’ambiance oppressante.

note de la critique

Ce premier tome d’un diptyque pose une ambiance réussie, grise et sale, aux effluves de moisissure, dans une ville morne dont les seuls habitants semblent survivre au fond des ruelles ou des caves. Décor idéal pour un polar fantastique, dans lequel la principale bonne idée réside dans son héros et son pouvoir, celui de dialoguer avec les objets [...] Le dessin lisible et joliment gratté, ainsi que la mise en scène dynamique finissent par gagner l’intérêt, autant que le bon rebondissement final. On lira la suite avec plaisir.

note de la critique

Bien que sorti assez confidentiellement, ce passionnant premier volume, assez atypique, se dévore d'une traite. Julien Lambert développe un univers très personnel qui peut rappeler, par certains côtés, celui de De Créty, par exemple, mais plutôt que se limiter à ces

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (3)

note de la critique de jiba

Comme chaque année, j'attends la sélection d'Angoulême pour faire mes quelques achats annuels. Ville Vermine, récompensé pour le meilleur polar, a été l'un de mes achats. Je suis surpris de cette récompense. Le rythme est poussif, les personnages mal définis psychologiquement, et le dessin manque de maturité. Une déception... comme plusieurs de mes achats de ce cru.

Posté le 09/04/2019 à 21h32

note de la critique de soso

Merci pour la découverte que j'ai prolongé ce week-end par l'achat et lecture de ce premier tome. Si le graphisme n'est pas celui que je préfère habituellement, l'histoire m'a happée.... je dois attendre prochain week-end pour la suite...

Posté le 09/04/2019 à 21h14

Le premier volume de Ville Vermine a été primé lors du dernier Festival d'Angoulême avec le FAUVE POLAR SNCF.

Posté le 30/03/2019 à 14h33