ZOO

Batman Infinite - T4 (Septembre 2022)

couverture de l'album

Série : Batman InfiniteTome : 4/4Éditeur : Urban Comics

Scénario : Mikel Janin, Jorge Molina, Joshua Williamson

Genres : Comics

Prix : 17.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

Un Batman en attendant un autre

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Après une première saga en trois tomes, consacrée à l’épouvantail publiée par Urban Comics, la série Batman Infinite marque une pause et offre au lecteur une histoire en un volume. Avant que la Shadow War ne se lance, le scénariste Joshua Williamson présente un nouveau super-vilain qui va obliger Bruce Wayne à se questionner sur ses alliances passées.

Batman part pour l’Asie. En Badhnisie, ses anciens alliés de la Batman Inc. sont accusés du meurtre d’un super-vilain qui terrorisait le petit pays. Cela surprend Bruce, d’autant plus que Batman Inc. n’est plus financé par Wayne Enterprise et que l’organisation ne devrait plus disposer de moyens financiers. Dans les ombres, les apparences sont souvent trompeuses.

Le bal des artistes

Autant le dire tout de suite, côté dessinateurs, ce 4e opus ne se caractérise pas par la constance. Pas moins de six se donnent le tour. Alors certes, Urban propose ici les histoires back-up, complémentaires, parues dans les épisodes VO. Cela explique une partie de la valse. Mais DC a du mal à conserver le duo principal Jorge Molina/ Mikel Janin et c’est bien regrettable. Les deux sont de bons dessinateurs avec une vraie personnalité. Mais on sent que l’on se trouve dans une phase de transition éditoriale. Il manque un projet d’ampleur. Cet empilement de styles empêche le lecteur de se prendre pleinement à l’histoire.

Batman Infinite T.4

Batman Infinite, tome 4

©Urban Comics, 2022

Tout s'achète même Batman Inc

Côté histoire, il est toujours appréciable de voir un auteur rebondir sur le travail de ses prédécesseurs. Ici, Joshua Williamson compose avec les créations de Grant Morrison et les conséquences du travail de James Tynion IV. On apprécie de trouver un ennemi de base et un antagoniste plus général. Cela rajoute de la profondeur au récit. Le super-vilain est plaisant, il a du caractère et pourrait tout à fait trouver sa place dans la toile globale de l’univers Batman. Même si on a le sentiment que le scénariste range de suite un jouet qui a à peine servi. Histoire de laisser place à la suite des plans éditoriaux. On retrouve ce sentiment d’épisodes peu importants, qui font attendre au lecteur autre chose.

Un 4e tome de Batman Infinite qui relève donc de l’ordre du dispensable et sera à réserver aux complétistes qui ne peuvent absolument pas supporter de trous dans leur collection. Pour les autres, garder votre argent pour d’autres achats plus satisfaisants.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants