ZOO

Fire Power 2 : Fire Power T02 (Avril 2021)

couverture de l'album Fire Power T02

Série : Fire Power 2Éditeur : Delcourt

Scénario : Robert KirkmanDessin : Chris Samnee

Genres : Comics

Prix : 16.50€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Après un premier volet très auto-contenu, Fire Power, la série Kung-Fu de Robert Kirkman, co-créateur de Walking Dead et Chris Samnee revient chez Delcourt pour une deuxième séquence très différente. Adieu le monastère perdu en Asie et welcome to America ! Pourtant, la série ne perd rien de son entrain. Préparez vos plus beaux kaméhaméhas!

Owen Johnson a fui le monastère qui lui avait permis de découvrir son don, la maîtrise du Fire Power. Il est revenu aux USA, s’est marié et a eu deux enfants. Une vie tranquille. Mais une vie toujours placée sous le signe des arts martiaux. Et s’il n’a pas totalement renié son passé, celui-ci va venir se rappeler à son bon souvenir. Et mettre en danger cette nouvelle vie qu’Owen s’était construite.


Fire Power est la toute nouvelle série signée Robert Kirkman

Fire Power est la toute nouvelle série signée Robert Kirkman
© Delcourt


Robert Kirkman, profession entertainer


Il faut savoir reconnaître une qualité chez Robert Kirkman, parmi toutes celles qu’il possède: quel que soit le sujet, il a un don incroyable pour proposer des récits funs. Des récits apparemment légers, très entraînants, mais qui disent beaucoup derrière les effets de genre.

Avec Fire Power, le scénariste s’amuse avec les codes des films de ninjas. Mais en plaçant son héros dans une posture de père de famille, il vient interroger le rôle de la transmission des valeurs dans la cellule familiale. Si son épouse sait en partie d’où il vient, ses enfants eux, pas du tout. Alors voir leurs parents pratiquer les arts martiaux comme des maîtres, cela impressionne.


Owen Johnson pensait pouvoir tourner le dos à son passé

Owen Johnson pensait pouvoir tourner le dos à son passé
© Delcourt

Boules de feu, pirouettes et coups de pieds fouettés. Tout ceci cache un personnage principal marqué par son passé, qui va devoir aller de l’avant pour achever sa reconstruction, en assumant ce passé qu’il a fui. Un passé encore plus trouble qu’il ne l’escomptait.

Talent de scénariste, que de parvenir ainsi à nous surprendre, nous émouvoir et nous amuser en même temps.

Le comic-book aussi, c’est l’art du mouvement

Jack Kirby en avait fait la démonstration, les Etats-Unis n’ont rien à envier au Japon dans l’art des mises en scènes dynamiques. Chris Samnee, dans un style très différent, exprime pourtant pleinement cette parenté. Ses découpages acrobatiques renforcent toutes les scènes de combats. Une scène d’affrontement totalement silencieuse est autant impressionnante que drôle au vu de son contexte très particulier. Assurant lui-même son encrage, il contrôle pleinement l’épaisseur de ses traits. Très économe, il semble chercher constamment la meilleure façon d’incarner les volumes et les mouvements en un minimum de coups de crayon. Ce qui laisse souvent une large place aux effets lumineux du coloriste Matt Wilson qui vient en contrepoint des vides et des pleins laissés par l’artiste.

Fire Power associe donc intelligence, profondeur et virtuosité. Le type de comic-book qui pourra tout à fait séduire des amateurs de manga, au-delà des lecteurs habituels de Kirkman.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants