ZOO

Saga - T8 (Février 2018)

couverture de l'album

Série : SagaTome : 8/9Éditeur : Urban Comics

Scénario : Brian K. VaughanDessin : Fiona Staples

Collection : Indies

Genres : Aventure, Comics, Heroic fantasy, Science-Fiction

Public : À partir de 12 ans

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

4.5

Après les événements chaotiques du dernier tome, il est temps pour Hazel et sa famille de faire face aux conséquences dramatiques... Le huitième tome de ce space opera complètement déjanté est placé sous le signe de la famille et des liens qui se nouent et dénouent. Un récit et des personnages toujours aussi touchants, qui prennent vie dans ce comics sous les plumes talentueuses de Brian K. Vaughan et Fiona Staples.

Après la dure nouvelle de la perte de leur bébé, Marko et Alana doivent rapidement trouver une solution pour faire sortir le fœtus avant qu'il ne tue cette dernière. Mais quand on est le premier et unique couple mixte cornu-ailée, difficile de passer inaperçu... Et, parfois, les voies légales ne suffisent plus. Accompagnés de Pétrichor, en plein désarroi sexuel, et de M. Robot, en pleine dépression, ils vont tout tenter pour sauver leur famille.

Après une fin de septième tome difficile, Vaughan s'attarde longuement sur la notion de famille et sur la façon dont chacun fait son deuil d'un enfant pas encore né. Certes, assez peu de personnes réagissent en lançant des flammes par les doigts, mais de manière générale le lecteur est en empathie totale avec ces personnages, en lutte contre l'univers entier mais dont les liens semblent les rendre plus forts que tout.

Comme souvent dans les comics de cet auteur, inclusion et militantisme sont de la partie. Il aborde par exemple l'avortement de façon frontale, mais avec un argumentaire construit, et donne enfin plus de place à Pétrichor pour s'exprimer sur sa transsexualité.

Les dessins sont quant à eux toujours impeccables, l'arrivée d'une nouvelle planète ou d'un nouveau vaisseau étant à chaque fois l'occasion pour Fiona Staples d'explorer des possibilités improbables. C'est ce qui fait d'ailleurs la force de cette série depuis le début : un univers où tout est possible, et pourtant extrêmement proche du nôtre sur beaucoup d'aspects...

Pour aller plus loin

Les histoires d’amour finissent mal (en général)
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants