ZOO

Star Wars - Icones - T4 : Star Wars - Icones 04. L'arnaque rebelle (Juillet 2017)

couverture de l'album Star Wars - Icones 04. L'arnaque rebelle

Série : Star Wars - IconesTome : 4/6Éditeur : Delcourt

Scénario : Collectif d'illustrateurs, Matt KindtDessin : Marco CastielloColoriste : Gabe Eltaeb

Collection : Contrebande

Genres : Aventure, Science-Fiction

Public : Tout public

Prix : 15.50€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.0

Scénario

1.0

Dessin

3.0

Pour les ignorants de la culture mainstream, Luke Skywalker Han Solo, Leia Organa et Chewbacca sont les grands héros de l’épopée Star Wars. En guise de rattrapage, Matt Kindt, Marco Castiello et Gabe Eltaeb montent une grande arnaque rebelle vantant les mérites de ces héros, dans un style très surligné et totalement naïf.

Victorieux de Dark Vador et destructeurs de l’étoile de la mort, les rebelles entrent dans la légende, faisant oublier qu’ils ne sont finalement que des hommes avec beaucoup de chance. Certes, ils ont également Luke Skywalker, la Force avec eux, et une princesse, aussi.

Un Han Solo au grand panache se jetant dans la gueule de l’Empire, une princesse Leia humble et espionne, un Chewbacca fonceur sans peur et un Luke Skywalker conspirateur : Matt Kindt ne nous aura rien épargné. Scénariste d’une histoire se situant entre les épisodes 4 et 5, il reprend tous les éléments qui ont bâti la légende de ses quatre personnages et les répète sans fin. Non content de nous les expliciter, son scénario très bavard n’en finit plus de décrire encore et encore ce qui caractérise les protagonistes, jusqu’à l’ennui le plus mortel.

Côté dessin, Marco Castiello a pris le parti osé et très réussi du dessin plutôt que de l’imitation numérique des acteurs de la saga. Le résultat sur les personnages est plutôt réussi, à part un Luke Skywalker totalement défiguré. L’ensemble, bien coloré par Gabe Eltaeb, est digne d’un comic Star Wars et respecte l’esprit des deux films entre lesquels s’insère l’histoire...

C’est une chose de vouloir combler les trous scénaristiques entre deux films Star Wars pour gonfler la légende de ses personnages déjà cultes. C’en est une autre d’utiliser systématiquement des personnages témoins pour décrire à l’infini le tempérament de chacun des personnages déjà connus, jusqu’à la surexplicitation. Un exercice non seulement dépourvu d’intérêt, mais en plus horripilant pour le lecteur.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants