ZOO

Les chefs-d'oeuvre de Junji Ito T.1 (Décembre 2021)

couverture de l'album Les chefs-d'oeuvre de Junji Ito T.1

Éditeur : Mangetsu

Scénario : Junji Ito

Collection : Mangetsu Junji Ito

Genres : Manga, Seinen

Prix : 19.90€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

L’année est charnière pour Junji Ito. Entre les rééditions de ses travaux emblématiques et la publication de nombreux inédits, c’est le moment rêvé de plonger dans ses chefs-d’œuvre, notamment grâce à la série éponyme prévue chez Mangetsu.

Le tome 1 des Chefs-d’œuvre de Junji Ito contient dix nouvelles hétéroclites soigneusement sélectionnées par l’auteur lui-même. Issues de différents moments de sa carrière, elles encapsulent à la perfection les éléments qui font du style de l’auteur une exception malsaine fascinante. À travers cet exercice narratif qui exige autant de rythme que de concision, Junji Ito bascule d’ambiance en ambiance, alternant pertes de repères intimistes et morbides, terreurs à grande échelle et déliquescence insidieuse. C’est l’obsession qui régit invariablement ces histoires, une obsession souvent bien trop dévorante, irrépressible, chez les entités surnaturelles comme chez les humains. L’insalubre puissance des conséquences de leur résolution amènera souvent au trépas.



Les chefs-d'œuvres de Junji Ito t.1

Les chefs-d'œuvres de Junji Ito t.1
© Mangetsu, éditions 2021


Hipsterie collective


Il n’est pas usurpé de considérer Junji Ito comme un maître en la matière. Longtemps seule source fiable d’horreur apte à donner véritablement la chair de poule, l’auteur japonais a pourtant été longtemps porté disparu en France. Si Spirale et Tomié restent des titres fondamentaux, ce sont aussi des récits que l’on peut lire sporadiquement depuis les années 2000.

Cette nouvelle publication en deux tomes prouve que l’auteur est loin d’avoir tout raconté et on comprend immédiatement pourquoi il accorde de l’importance à ces histoires disparates à la force de persistance démesurée.


Article publié dans le mag ZOO n°84 Novembre-Décembre 2021

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants