ZOO

Arbos Anima - T2

couverture de l'album

Série : Arbos AnimaTome : 2/4Éditeur : Glénat Manga

Scénario : Chicken HashimotoDessin : Chicken Hashimoto

Collection : Shônen

Genres : Fantastique, Heroic fantasy, Manga, Shonen

Public : De 9 à 17 ans

Prix : 6.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

3.0

Toujours en mission de collecte de plantes, Noah va devoir faire face à un nouvel adversaire redoutable. Avec son éternel garde du corps Rudyard et une nouvelle venue dans le groupe, ils rencontrent une jeune princesse caractérielle... Une jolie suite entraînante pour ce deuxième volume d’Arbos Anima !

La jeune Eve a rejoint l’équipe de Noah afin de se renseigner sur celui qui a incendié la forêt de son enfance. En pleine mission, un collecteur sans scrupules rend visite Noah de façon impromptue. Le comportement de Rudyard change alors et montre d’étranges signes d’inquiétude face à l’arrivée de ce Lindley Ascham qu’il a l’air de craindre... Les héros vont ensuite rencontrer Sarah, une richissime jeune princesse capricieuse qui exige une fleur que personne ne trouve...

L’aventure de Noah se poursuit tranquillement : les rebondissements plaisants et réguliers tiennent un rythme agréable. Sans grandes surprises, le récit est cependant bien mené. Les péripéties variées sont portées par des protagonistes attachants qui transmettent un enthousiasme communicatif. Les dialogues drôles et enjoués s’ajoutent à une atmosphère vivifiante et ensoleillée.

Le dessin rafraîchissant et le trait souple de Kachou Hashimoto accompagnent efficacement les pérégrinations des personnages. Particulièrement réussi, le décor végétal immersif parvient de nouveau à nous plonger dans une ambiance chaleureuse. Les angles de vue variés rendent le mouvement régulier, appuyant le rythme de l’histoire. Quant aux nuances de gris bien travaillées, elles donnent des illustrations claires et lumineuses.

Ce tome réussi promet une suite engageante pour les héros de Kachou Hashimoto !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants