ZOO

Baby-sitters - T1 (Janvier 2014)

couverture de l'album

Série : Baby-sittersTome : 1/16Éditeur : Glénat BD

Scénario : Hari TokeinoDessin : Hari Tokeino

Collection : Shojo

Genres : Manga, Sentimental, Shojo

Public : À partir de 9 ans

Prix : 6.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Orphelins, Ryuichi et Kotaro sont recueillis par la directrice d'une école. Une seule condition : Ryuichi doit passer son temps libre à travailler à la crèche où sont gardés les terreurs, enfin les enfants, des professeurs. Ce shôjo à la thématique pour le moins originale est un concentré d'humour léger et de bons sentiments : un véritable « feel good manga ».

Ryuichi s'est toujours beaucoup occupé de son petit frère Kotaro. A la mort de leurs parents, il accepte de s'occuper de la crèche du collège où il étudie désormais. En échange, la directrice prendra soin d'eux. Il va devoir gérer un groupe d'enfants plein d'énergie et de malice, ainsi qu'un baby-sitter parfois plus immature que les monstres sur pattes. Mais cette nouvelle vie pourrait bien l'aider à faire enfin le deuil de ses parents...

Des adolescents qui s'occupent d'enfants dans un manga trop mignon : l'histoire, bien qu'originale dans le monde du shôjo, ne vend pas vraiment du rêve à tout le monde. Mais le « mignon » a cet effet pervers qu'on ne peut lui résister bien longtemps. Le personnage principal a beau être irritant de perfection et la corde sensible un peu trop souvent chatouillée, les personnages secondaires sont assez drôles et attachants pour donner envie de lire la suite. Ce doit être le double effet kawaï.

Le dessin y est pour beaucoup aussi. L'auteur ne lésine pas sur les rondeurs, les yeux d'enfants mouillés de larmes et les pandas en peluche. Alors que les proportions des adultes sont assez réalistes (encore que la tignasse de la directrice soit sujette à caution), les enfants ressemblent à de petites boules de tendresse, flanquées de scratch pour s'accrocher à la première jambe qui passe.

Gageons que si l'auteur devait écrire un jour un manga sur les chats, c'est toute la sphère Internet qui risquerait de bruisser.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants