ZOO

The Fable - T6 (Février 2022)

couverture de l'album

Série : The FableTome : 6/8Éditeur : Pika

Scénario : Katsuhisa MinamiDessin : Katsuhisa Minami

Collection : Seinen

Genres : Manga, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 8.50€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Le tueur Fable doit paradoxalement agir sans tuer au milieu d’une bande de yakuzas, pour sauver son amie Misaki sur le point de tomber dans la prostitution. Un récit efficace, un peu moins décalé que les tomes précédents.

Fable, le meilleur tueur du Japon, est toujours dans son année sabbatique du côté d’Osaka et a l’interdiction de tuer. Aussi, comment faire pour venir en aide à son amie, la jeune et jolie Misaki qui est sur le point de tomber dans les filets de Kojima, un yakuza qui veut en faire une prostituée ? Notre homme a de la ressource et va se fabriquer des armes non létales ainsi que se faire aider par son assistante Yôko. Fable a un plan. Il veut agir pendant la rencontre entre Kojima et Sunagawa, autre maffieux déjà présent dans le « business du sexe ».

Sunagawa a son propre plan, qui va compliquer la vie de notre héros... ou la lui simplifier. Misaki est aussi du rendez-vous. On pressent que sa vie peut basculer dans le sordide. Les intentions de Kojima à son égard font froid dans le dos. Le point d’orgue du récit est sans doute la dernière séquence, de combat, au milieu de fumigènes, qui donne la thématique de la couverture de ce tome 6.

The Fable T.6

The Fable T.6 © Pika, 2022

Katsuhisa Minami poursuit sur sa trajectoire, en accélérant le tempo après un tome 5 plus en retrait. Il fait peu à peu évoluer Fable. Si celui-ci reste peu à l’aise pour gérer les sentiments d’autrui (nécessitant des conseils à distance prodigués par Yôko via une oreillette, joli moment décalé), il se découvre des sentiments pour Misaki, même s’il ne se l’avoue pas. L’auteur nous en fait découvrir un peu plus sur les raisons de cette année sabbatique, décidée par le chef de Fable.

Graphiquement, le dessin réaliste est toujours aussi agréable. A noter toutefois que la séquence finale au milieu des fumigènes n’est pas toujours facile à suivre : la fumée n’aide pas à la lisibilité du dessin. Mais Katsuhisa Minami cherche peut-être tout simplement à désorienter le lecteur, qu’il se mette ainsi mieux dans la peau d’un tueur nageant en plein brouillard, sans savoir d’où va venir le danger.

Le tome 6 s’achève en pleine action... Vivement le tome 7 de ce seinen qui reste à réserver aux adultes !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants