ZOO

Un certain Denari: Encore une pépite de Breccia

Plus que jamais, Alberto Breccia est au cœur de l’actualité avec la sortie de deux albums qui célèbrent son art du feuilleton aux côtés de scénaristes exceptionnels!

En novembre dernier, Futuropolis rééditait Perramus, le chef-d’œuvre d’Alberto Breccia et de Juan Sasturain, marquant ainsi une nouvelle étape dans la réhabilitation du maître argentin débutée il y a quelques années déjà par Rackham! Désormais, tout est possible, jusqu’à la découverte d’inédits, à l’image de ces deux albums qui paraissent en ce début d’année: Sherlock Time et Un certain Daneri!

Breccia considérait Sherlock Time comme son premier travail digne d'intérêt

Breccia considérait Sherlock Time comme son premier travail digne d'intérêt
© Revival

S’ils restent très différents dans leur facture graphique, ces deux volumes témoignent de l’évolution du travail de l’artiste. Le premier, réalisé en 1957, marque une étape importante dans la maturité du dessin de Breccia qui, pour la première fois, poussait davantage son trait, les contrastes, les textures, laissant derrière lui le classicisme de ses Vito Nervio pour aller vers Mort Cinder. Dans le second, réalisé en 1974, il affiche une richesse stylistique bien plus audacieuse et moderne, presque abstraite dans son traitement des décors, de son encrage, marqué par ses expérimentations qui vont progressivement l’amener à Perramus. Ces deux albums se complètent donc d’une très belle façon.

Deux détectives, deux écritures

Toutefois, le scénario d’Oesterheld pour Sherlock Time met davantage en avant une imagination complètement débridée qui rend hommage aux vieux récits SF qui pullulaient alors dans les pulps américains. Les intrigues sont délicieusement fantasques et premier degré. Les récits de Trillo sont quant à eux beaucoup plus ancrés dans des atmosphères sombres et tendues reflétant les remous politiques qui traversaient alors le pays. On est dans du polar classique dans le fond avec un ton plus désillusionné, presque mélancolique.

Daneri est un détective privé, ou ce qui peut s'en approcher dans l'Argentine des années 70

Daneri est un détective privé, ou ce qui peut s'en approcher dans l'Argentine des années 70
© Ilatina

Breccia y apparaît malgré tout plus engagé et immergé dans le monde qui l’entoure ! La réalité qui se reflète dans ces planches est plus tortueuse : du papier déchiré, des tâches qui envahissent l’espace, le trait qui griffe le papier, presque violemment… L’artiste transcende littéralement les scénarios avec son langage graphique unique! Ces deux albums exceptionnels donnent de nouvelles clés pour mieux comprendre l’importance d’Alberto Breccia, aujourd’hui!

Article publié dans le Mag n°80 - Mars - Avril 2021

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants