ZOO

Ne pas oublier l'essence du message

En transposant au présent dans un univers fantastique le destin tragique d’Anne Frank, ce film pas toujours des plus subtils réussit grâce au talent onirique d’Ari Folman à prolonger le devoir de mémoire auprès du jeune public.

Le dernier film d’animation d’Ari Folman, Où est Anne Frank !, s’ouvre sur ce marqueur temporel : un an dans le futur. Les choses ne semblent pas si différentes de notre présent et il n’est pas réjouissant avec ces tentes de migrants bordant les canaux amstellodamois sous un ciel menaçant. À l’intérieur de la maison d’Anne Frank devenue un musée commémoratif, le fantastique fait irruption : une jeune femme à la chevelure flamboyante émerge du journal intime le plus connu au monde. Il s’agit de Kitty, l’amie imaginaire à qui toute cette correspondance épistolaire était destinée. Comme tirée d’une longue mise en sommeil de 75 ans, Kitty se demande bien où est passée sa créatrice.

Où est Anne Frank !

Où est Anne Frank !
© Wild bunch 2021


Un portail entre passé et présent


Où est Anne Frank ! alterne entre la confusion d’un personnage imaginaire soudainement incarné dans un présent qu’elle peine à reconnaître, et les souvenirs terribles du passé au cours duquel Anne et son entourage tentaient tant bien que mal d’échapper à la barbarie nazie dans la fameuse annexe.

Toujours secondé par Yoni Goodman côté direction artistique, Ari Folman livre un film formellement accompli avec son animation hybridant volumes et 2D pure à même de basculer dans l’onirisme et le surréalisme pour mieux servir un propos indéniablement politique. Très vite, Où est Anne Frank ! dresse des parallèles entre les déportations de Juifs autrefois et celles des migrants d’aujourd’hui. Non sans accroc.

Où est Anne Frank !

Où est Anne Frank !
© Wild bunch 2021



Combattre l'oubli


Parce que le terminus – et, par extension, l’enjeu – de chacune desdites déportations
diffère, ressentir un léger malaise en tant qu’adulte est on ne peut plus compréhensible, surtout dans sa conclusion d’une sincère naïveté.

Pourtant cette candeur est loin d’être gratuite, car elle souligne combien l’empathie et la compassion, constituant l’essence même du message d’Anne Frank, ont peu à peu disparu du débat public. Et c’est quand il dénonce la fétichisation de la martyre de Bergen-Belsen, apposée sur les bâtiments publics d’Amsterdam qu’Où est Anne Frank ! vise au plus juste.

Preuve s’il en est qu’une sensibilisation du jeune public, à qui ce film est clairement destiné, devient nécessaire. Pour ne pas oublier que la barbarie ayant débouché sur l’Holocauste peut revenir sans crier gare.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants