ZOO

Il s'appelait Géronimo (Avril 2014)

couverture de l'album Il s'appelait Géronimo

Éditeur : Vents d'Ouest

Scénario : Étienne DavodeauDessin : Joub

Collection : Hors Collection

Genres : Aventure, Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 18.25€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Les trois premiers albums, dont l'intrigue se dénoue en un roman graphique abouti, contaient l'histoire singulière de Geronimo. Ce jeune asocial a grandi caché dans une ferme, ignorant ses origines. Il découvre la vie, avant de partir en Amérique. Depuis, il a changé d'identité et revient sur les traces de son passé. Une invitation au voyage, très émouvante.

C'est une histoire de famille étouffée dans la ferme d'une France profonde. Après avoir grandi coupé du monde et de ses parents qu'il ne connaît pas, l'adolescent Geronimo est complètement perdu. Benji, Malo et Virgile, un trio de potes, le découvrent dans la campagne. Ils lui font découvrir la vie, la fête, l'amitié. Geronimo rencontre la belle Eugénie. Puis c'est le fatidique retour à la ferme. Il embarque comme passager clandestin pour l'Amérique, où il veut rencontrer les Indiens.


Ça, c'était dans les trois premiers tomes d'une série très réussie. La suite est encore plus vibrante. En guise d'Amérique, Geronimo a débarqué... en Guyane. Il essaie de sauver un jeune de son âge gravement blessé, en vain. Paniqué, Geronimo prend son identité, avec tout ce que cela implique : le meilleur et le pire. Il s'installe à Paris. Benji retrouve sa trace. Puis Geronimo retombe sur Eugénie, qui va l'aider à savoir qui il est et d'où il vient. Et lui mettre du baume au cœur...

On ne pouvait espérer mieux pour la suite de cette série, entre roman graphique d'aventure et quête d'identité. Le travail à quatre mains de Joub et Davodeau façonne une nouvelle fois un scénario très construit, au rythme savoureux.

Graphiquement, Joub est au sommet de sa forme et sait imprimer avec brio une cadence de lecture adéquate. On est sans arrêt tiraillé entre l'irrépressible envie de dévorer l'histoire pour en percer l'issue et passer du temps à apprécier un trait enlevé et efficace, assorti d'une mise en couleur haut de gamme.

A avoir dans sa bibliothèque.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de soso

Unn très bon moment de lecture avec cet album. On suit le parcours d'un jeune homme qui rêve de partir aux Etats-Unis mais qui se retrouve en Guyane et qui va devoir se débrouiller comme il peut. Finalement le destin va lui donner un sérieux coup de pouce et l'occasion de revenir sur ses origines. La chute est assez inattendue, les personnages emprunts d'authenticité comme sait si bien le faire Davodeau. Le dessin assez simple correspond bien au récit et aux personnages? On ressort de cette lecture enchanté !

Posté le 10/04/2014 à 10h33