ZOO

Les Trois Pires Histoires de pirates (Mai 2014)

couverture de l'album Les Trois Pires Histoires de pirates

Éditeur : L'école des loisirs

Scénario : Thomas BretonneauDessin : Perceval Barrier

Genres : Humour

Public : De 6 à 8 ans

Prix : 12.70€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Les plus fervents amateurs de pirates risquent d'en perdre le Nord. Dans Les Trois Pires Histoires de pirates, on part tour à tour sur les traces d'un jeune pirate sans perroquet, d'un autre qui cherche un trésor pour payer son rhum ou d'un troisième qui cherche une île pour prendre sa retraite. Le dessin ? Un rubis mille-sabords !

Il est rare de croiser des pirates aussi farfelus. Richard l'apprenti n'a pas de perroquet. Inenvisageable ! Pierric n'a plus un radis pour s'abreuver en rhum. Il préfère chasser un trésor avec des amis que s'enivrer. Enfin, Olaf le terrible, vieux pirate en bout de piste, choisit une île déserte pour passer ses vieux jours. Jusqu'à qu'il apprenne le métier à une petite fille.

Ces trois histoires drôles, subtiles, légères mais fortes de sens, abordent une thématique ordinairement faite de gros durs, d'oreilles percées et de mâchoires aux dents ébréchées. Les trois récits de Thomas Bretonneau prennent le contre-pied des clichés du pirate et le rendent d'autant plus humain et proche du lecteur. C'est bien écrit, plein de finesse et permet une approche textuelle adaptée aux plus jeunes.

On avance sur un pont entre BD et texte illustré. Chacune des trois histoires évolue dans un dessin plein de rebondissements ; différent à chaque fois, même s'il naît entre les mains du même dessinateur, Perceval Barrier. Son trait et ses aplats de couleurs se dévoilent en nuance, ses fresques peuplées d'une foule de personnages happent pour mieux nous attirer dans le récit.

Ce recueil de trois histoires est frais, plein de promesses tenues. Un livre de chevet composé de trois courts récits farcis de rebondissements, de bonnes idées et de petites touches de morale bien senties. Car ce n'est parce qu'on est un voyou des mers qu'on n'a pas un peu de savoir-vivre. Un pirate, ça force le respect. Avec ou sans perroquet . Non mais. Allez, au lit maintenant.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants