ZOO

Le Captivé

couverture de l'album Le Captivé

Éditeur : Futuropolis

Scénario : Christophe DabitchDessin : Christian Durieux

Genres : Documentaire BD

Public : À partir de 16 ans

Prix : 19.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Le Captivé vous transporte aux côtés d’un cas de voyageur involontaire, ces Hommes qui partaient découvrir le monde dans un état poche du somnambulisme pour se réveiller à des centaines voire des milliers de kilomètres de chez eux.

Le Captivé est l’histoire de deux hommes, Albert Dadas qui souffre de fugue pathologique, et son médecin Philippe Tissié, pour qui un sujet de thèse est devenu une expérience de vie. Ces deux hommes de la fin du XIXe siècle occupent à part égale l’ensemble du récit. Les pérégrinations d’Albert Dadas prennent sens dans l’analyse qu’en fait Philippe Tissié. On découvre ainsi la vie de ce malade par les yeux de son médecin qui va tout faire pour lui permettre de se marier et d’arrêter de voyager.


Christophe Dabitch s’est basé sur les nombreux écrits réalisés sur la pathologie dont Albert fut le représentant le plus connu, notamment sur les notes de Philippe Tissié, médecin pris de passion pour ce mal nouveau. Le lecteur se trouve plongé dans l’intimité du chercheur autant que dans celle du malade et comprend, comme à la lecture d’un documentaire, l’émotion en sus, cette singulière histoire.

Le dessin de Christian Durieux s’adapte intelligemment à la particularité de ce récit. Le noir et le blanc accentuent l’effet d’époque de cette bande dessinée. On voyage au plus près des paysages traversés par Albert grâce à des décors qui s’étendent sur toute la page tandis que le travail médical de Philippe est décomposé à la manière des planches et photographies anatomiques du XIXe siècle.

L’association de ces deux auteurs ressemble fort à celle des deux hommes qu’ils racontent. Chacun à leur manière, ils composent un récit et sans s’en rendre compte, c’est le lecteur qui est le véritable captivé de cette BD.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants