ZOO

Zéro ou rien (Septembre 2014)

couverture de l'album Zéro ou rien

Éditeur : Kaléidoscope

Scénario : Oliver JeffersDessin : Oliver Jeffers

Genres : Humour

Public : De 3 à 8 ans

Prix : 13.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 1.0

Scénario

2.0

Dessin

1.0

Zéro ou rien appartient à la catégorie des livres à compter, qui s’adresse aux très jeunes lecteurs. La louable idée de cet album ne séduit pas, tant en raison de son contenu que de son graphisme.

Les livres pour apprendre à compter sont des grands classiques de la littérature jeunesse. Il n’est pas un élève de maternelle qui n’en possède un ou plusieurs. Pourtant, Zéro ou rien sort de l’ordinaire. Non seulement, il tente d’apprendre à compter de 1 à 10 avec des exemples farfelus, voire dadaïstes - « 2 gros dodos, 4 crises de colère, 8 invités au goûter qui essayent de deviner le contenu du paquet » - mais il s’efforce en plus d’expliquer la nature du chiffre zéro. Ce faisant, cet album pour enfants confine à la philosophie : « Rien est un nombre ? Bien sûr, c’est un de moins que un. »

Le problème est alors de savoir si cet ouvrage est bien destiné à un enfant de cinq ans qui ne sait ni lire, ni écrire, ni compter. Il est permis d’en douter tant le zéro est un chiffre complexe dont la notion dépasse l’entendement d’un enfant aussi jeune. L’auteur semble d’ailleurs en avoir conscience car il a cru bon de rajouter une postface rédigée par un mathématicien. Nous avons donc affaire à un album pour très jeunes enfants qui est manifestement plutôt destiné à des adultes. À hésiter ainsi entre deux publics, Zéro ou rien ne convainc personne.

Le dessin ne rattrape malheureusement pas l’histoire. Oliver Jeffers dessine des bonhommes-patates d’une infinie laideur, sans pieds, avec le nez au milieu du front. Le style n’est pas seulement très laid, il manque aussi complètement de cohérence. Certains objets étant dessinés de manière pseudo-réaliste, d’autres très stylisés.

Zéro ou rien, sous couvert de bonnes intentions, rate complètement son propos et semble passer à côté de sa cible.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants