ZOO

Little Tulip (Novembre 2014)

couverture de l'album Little Tulip

Éditeur : Le Lombard

Scénario : Jérôme CharynDessin : François BoucqColoriste : Alexandre Boucq, Jean-Noël Le Moal, Julie Poupart

Genres : Aventure

Public : À partir de 12 ans

Prix : 16.95€

ma collection
ma wishlist

Le résumé de l'album

Emprisonné en même temps que ses parents, c'est à l'âge de sept ans que Pavel a découvert l'enfer du goulag. Séparé des siens, il a dû apprendre à survivre seul. Quelques années plus tard, il connaît bien les règles qui régissent son univers : la violence permanente, l'incurie des gardiens, la toute-puissance des chefs de gangs,...

Il sait que s'adapter et s'endurcir ne suffisent pas. Grâce à ses talents de tatoueur, il obtient la protection de Kiril la Baleine, le plus cruel des caïds. Mais s'allier avec le diable a toujours un prix...

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

note de la critique de OliV

Little Tulip propose littéralement des ambiances inattendues. Le terme de cette histoire en est une, elle peut déboussoler le lecteur, ou pas ! Il est certain par contre que le ton de Little Tulip est cruel, féroce, noir mais jamais dans l'excès. Cela donne un poignant récit initiatique, libérateur ou tout simplement une mise à l'épreuve. Le dessin est une part importante de l'intrigue dans cet album. François Boucq dessine ses personnages au corps. Il les malmène, les fait parler par leurs symboles. Du grand art. « Une vraie aventure pour l'esprit. »

L’histoire imaginée par le réputé romancier américain Jerome Charyn est sublimée par le dessin réaliste de François Boucq. Little tulip est assurément un très bon album, de qualité. Le talent des auteurs se ressent très vite à la lecture, c'est indéniable et ça fait du bien pour le plaisir de lire et des yeux

Posté le 20/04/2015 à 15h51

Little Tulip propose littéralement des ambiances inattendues. Le terme de cette histoire en est une, elle peut déboussoler le lecteur, ou pas ! Il est certain par contre que le ton de Little Tulip est cruel, féroce, noir mais jamais dans l'excès. Cela donne un poignant récit initiatique, libérateur ou tout simplement une mise à l'épreuve. Le dessin est une part importante de l'intrigue dans cet album. François Boucq dessine ses personnages au corps. Il les malmène, les fait parler par leurs symboles. Du grand art. « Une vraie aventure pour l'esprit. »

Posté le 19/04/2015 à 16h26