ZOO

Les Histoires de Marcel (Septembre 2014)

couverture de l'album Les Histoires de Marcel

Éditeur : Kaléidoscope

Scénario : Anthony BrowneDessin : Anthony Browne

Genres : Aventure

Public : De 9 à 11 ans

Prix : 15.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 2.0

Scénario

1.0

Dessin

2.0

Les Histoires de Marcel est une histoire qui en raconte d’autres. On entre dans ce livre pour en ouvrir d’autres. Et ce petit singe, avec sa bouille tout en sourire et coiffé comme il faut n’y est pas étranger. Le souci c’est qu’à trop vouloir raconter les histoires des autres, celle-ci ne raconte rien.

Marcel est un petit primate à qui l’on raconte des histoires. Page après page et jour après jour, il se retrouve dans les décors des plus belles histoires de notre enfance. Un jour pirate, le lendemain chevalier. Mais on ne sait jamais quelle est la sienne d’histoire. Perdu dans les contes, il finit par nous montrer sa collection de livres et on reconnaît enfin toutes les histoires où il se trouvait.

Les Histoires de Marcel partait d’une bonne intention, faire voyager l’enfant entre différents contes pour l’inciter à redécouvrir des histoires que les parents ont arrêté de raconter. Le problème, c’est que pour connaître les références de Marcel, il faut être sacrément cultivé. On passe de Peter Pan au Vent dans les Saules avec un minimum d’indices pour trouver l’histoire et du coup, on ne trouve pas !

Le dessin d’Anthony Browne est particulier : un sens du détail poussé et la volonté de faire passer un message se démarquent clairement dans les dessins qui ornent les belles pages du livre. Cependant, la personnalité de Marcel, le héros simiesque, est floue. Il sourit ou bien s’effraie de situations qui se ressemblent. On a du mal a se reconnaître dans ce héros atypique.

On termine la lecture de ce livre sans trop savoir quel en est le but. Faire découvrir des histoires aux enfants ? Alors pourquoi leur demander de reconnaître l’histoire ? Finalement les belles histoires ne doivent pas toutes être racontées à la suite...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants