ZOO

Les 100 Maisons, la Cité des Abeilles

couverture de l'album Les 100 Maisons, la Cité des Abeilles

Éditeur : Delcourt

Scénario : Marion Boe, Delphine Le LayDessin : Alexis Horellou

Collection : Encrages

Genres : Historique, Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Cent familles décident de construire leurs propres maisons, au début des années 1950 à Quimper. Les Castors, qui vont se développer dans d’autres villes françaises, sont un exemple de solidarité et de travail collectif. Un roman graphique subtil et humain, dans lequel noir, blanc et gris prennent une place de choix.

Quimper, 1950. Victor, Marie-Anne, André, Jeannette et leurs enfants, comme une centaine de familles qui vivent dans des conditions précaires, prennent leur destin en main. Pendant quatre ans, en plus de leurs heures de travail, ils construisent leurs maisons dans le quartier de la Terre-Noire. La Cité des Abeilles est née, elle a soufflé ses soixante bougies en juin 2014.

Militants communistes et catholiques pratiquants font fi de leurs idées pour vivre ensemble. D’un champ de 70 000 m2 à 800 mètres de la ville, ils bâtissent un quartier et son âme. Entre histoires familiales et tensions liées à la dureté d’un chantier hors-norme, le récit est fluide. Un juste équilibre entre la véracité de l’histoire et les restes de la mémoire collective d’une aventure humaine extraordinaire.

Delphine Le Lay et Alexis Horellou, les auteurs de Plogoff, signent une BD sociale de qualité, étayée par le travail de la Quimpéroise d’origine Marion Boé qui a salué en 2008 la mémoire de ses grands-parents dans un documentaire La Cité des Abeilles. Le travail cinématographique du dessinateur, aux cadrages et gros plans réfléchis, complète parfaitement les noir, blanc et nuances de gris de Bert. Remarquable.

Le récit s’érige comme une belle bâtisse et laisse au dessin une place aussi confortable que les nouveaux logements de ces citadins heureux. 100 maisons pour autant de familles et de sourires sur les visages de leurs enfants. Une BD qui donne un sens profond au mot solidarité. Bienvenue dans la Cité des Abeilles, où la joie de vivre bourdonne.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants