ZOO

Fugazi Music Club (Mars 2015)

couverture de l'album Fugazi Music Club

Éditeur : Gallimard

Scénario : Marcin PodolecDessin : Marcin Podolec

Genres : Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 20.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Varsovie, milieu des années 1990. Trois amis transforment un vieux ciné en club de musique : le Fugazi est né et va vivre des heures mythiques. Avant que la mafia ne lui tombe sur le paletot. Un récit historique et social bluffant. Le dessin ? Du travail d’orfèvre accompli par un jeune Polonais. Génial.

Le Mur de Berlin vient de tomber, l’Est respire. Trois potes de Varsovie montent un club underground. L’ancien cinéma devient le repère de la jeunesse polonaise désenchantée et accueille des groupes alternatifs de renom pour des soirées mythiques. Mais la médaille a son revers : les skinheads et la mafia mettent la main sur le Fugazi music club. Tout devient compliqué pour Waldek et ses potes…

Le jeune Marcin Podolec signe un roman graphique plein de vie et de rock’n’roll. L’histoire est emblématique de la génération post-Mur de Berlin, et des excès de la société polonaise des années 1990. On voit très vite le rêve de ces trois jeunes tourner au vinaigre à cause de malfrats.

Les lumières, essentielles dans une BD sur la musique, superbement travaillées rendent parfaitement l’ambiance de ce club underground toujours sur le fil entre l’obscurité et les projecteurs… Ce roman graphique est orchestré sur une base de bleu, ce qui donne à l’image la chaleur des concerts et retranscrit à merveille la sueur que mettent les trois potes à créer ce club.

Imaginez un road-movie qui se déroulerait à huis clos dans une salle de concert bien déjantée et vous ne serez pas loin de la vérité. La vraie, car le Fugazi a vraiment existé et fait les belles heures de la jeunesse polonaise libérée mais… désorientée. Pas facile de réapprendre à s’amuser après des années d’ennui. Le graphisme fin et ciselé et la couleur bleue en fil rouge pour un titre qui vaut vraiment le coup d’ouvrir l’œil. Et tendre l’oreille.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants