ZOO

Roi Ours (Mai 2015)

couverture de l'album Roi Ours

Éditeur : Delcourt

Scénario : MobidicDessin : Mobidic

Collection : Hors collection

Genres : Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 18.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Xipil, fille du chaman d'une tribu polythéiste, est offerte en sacrifice à la déesse Caïman. En voulant la sauver, Roi Ours la condamne. Ils se marient pour protéger la jeune fille, mais les crocodiles sont prêts à attaquer... Xipil est emportée par le tourbillon de son destin. Un album renversant, d'une grande humanité. Universel.

Xipil est la fille d'un chaman. Son père l'offre en sacrifice à la déesse Caïman. Mais Roi Ours vole son offrande au reptile et ravit la fille. Elle erre seule, en danger dans la forêt. Roi Ours décide alors de se marier avec elle pour la protéger. La vengeance des crocodiles va être terrible...

Plus qu'un conte autour du respect pour bien vivre ensemble, cet album troublant est une histoire de tolérance et de partage. Entre cette petite fille et les dieux animaux ainsi qu'entre ces mêmes animaux... Grandir n'est simple pour aucun enfant et le chemin de Xipil, contrainte de s'adapter dans une communauté qui n'est pas la sienne, est semé d'embûches. Lire Roi Ours, c'est finalement se sentir en vie.

Le dessin est à la fois fin, délicat, très dynamique et criant de réalisme et de vérité dans les scènes de combat. Il sait se montrer plus rude lorsque la jeune fille est en proie à son tragique destin. Les couleurs soignées, le gros travail sur la lumière et les ombres nous plongent dans cette forêt et ses tribus, dont celle d'où vient l'héroïne.

La lecture de cet album caresse l'âme comme une légère brise. Comme pour rappeler que même dans les situations les plus tragiques il y a de la beauté. La forêt pour cadre, inquiétante et mystérieuse, des personnages construits et un dessin qui sait faire jaillir le côté sauvage du récit dans une ambiance opaque : voilà les ingrédients d'une des meilleurs bandes dessinées de ce printemps.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants