ZOO

Le voyage de Phoenix (Octobre 2015)

couverture de l'album Le voyage de Phoenix

Éditeur : Soleil

Scénario : JungDessin : JungColoriste : Jung

Collection : Quadrants

Prix : 19.99€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Jennifer travaille à l'orphelinat américain de Séoul. Kim en est l'un des jeunes pensionnaires. Ils portent tous deux les traces de la violente histoire coréenne, de la guerre entre le Nord et le Sud, de l'abandon. L'auteur de l'incontournable Couleur de peau : miel revient avec une fiction documentée, touchante et d'une justesse parfaite.

Jennifer est née dans le Minnesota et n'a jamais connu son père. Mobilisé en Corée, celui-ci a déserté puis fuit en Corée du Nord et n'en est jamais revenu. Personne n'a jamais compris son geste. Adulte, elle s'installe en Corée du Sud et travaille dans un orphelinat. C'est là qu'elle rencontre Kim, jeune garçon adopté par un couple américain bienveillant. Des années plus tard, lorsqu'elle reçoit un livre du père adoptif de Kim intitulé Le voyage de Phoenix, elle comprend qu'un drame s'est produit.

Jung repart à l'attaque des démons qu'il a exorcisés pendant des années à travers son œuvre autobiographique Couleur de peau : miel. Il privilégie ici la fiction, ce qui lui permet de faire s'entrecroiser des destins hors-du-commun (du moins pour un regard occidental) et d'aborder ainsi différentes problématiques liées à la Corée. Très documenté, l'ouvrage permet de mieux appréhender la guerre de Corée et la situation des réfugiés Nord-Coréens, sans pour autant casser le rythme du récit.

Celui-ci est captivant, non seulement grâce à des personnages et une intrigue réalistes, mais aussi parce que ses magnifiques illustrations suscitent une forte empathie de la part du lecteur. Le tout en évitant soigneusement le pathos. Il reprend ici le noir et blanc qu'il utilise pour ses récits plus intimistes et parvient, dans sa façon de mettre en scène les personnages, de sortir des cases, de mettre en image sa propre sensibilité, à impliquer totalement le lecteur. Et par là-même à livrer une œuvre terriblement actuelle, qui résonne encore longtemps après sa lecture.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants