ZOO

Sykes (Novembre 2015)

couverture de l'album Sykes

Éditeur : Le Lombard

Scénario : Pierre DuboisDessin : Dimitri ArmandColoriste : Dimitri Armand, Sébastien Gérard

Collection : Signé

Genres : Aventure

Public : À partir de 12 ans

Prix : 16.45€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

L’US Marshal Sykes a le sens de la justice et du devoir chevillé au corps. Les malfaisants, il les traque et, fort de ses seules convictions, les éradique avec perte et fracas sans autre forme de procès. Avec l’aide de son vieil ami, O’Malley et de Renard Gris, le meilleur pisteur sioux, il poursuit une bande de tueurs sans foi ni loi. En selle pour un western plein de bruit et de fureur !

On était loin d’imaginer l’éminent elficologue Pierre Dubois emprunter les pistes de l’Ouest américain sur les pas d’un justicier assermenté. Force est de reconnaître que son scénario, certes classique, tient fort bien la route, dans la lignée d’Impitoyable, le meilleur western de Clint Eastwood.

A l’instar du personnage interprété par Eastwood, Sykes, bien que du bon côté de la loi, cache une faille profonde qui va se révéler à mesure que l’histoire avance. Il y a quelque chose de suicidaire dans son comportement, et son intérêt suscité par la lecture de Moby Dick le rapproche du capitaine Achab.

Après Gir, Hermann, Rossi ou Ralph Meyer, difficile de s’illustrer dans un genre où tout a déjà été dit en bande dessinée de brillante façon. Dimitri Armand relève le gant et s’en sort plutôt bien. Sa mise en scène progresse avec une belle fluidité dans son découpage, ses personnages jusqu’au moindre figurant sont tous bien typés et ses paysages bien rendus. La violence des combats au pistolet et l’impact des balles sur les corps sont particulièrement confondants dans cet album.

Après Sans pardon de Hermann, la collection Signé s’enrichit une fois encore d’une des plus belles couvertures de cette année. Une chose est sûre : à l’issue de la lecture de cet album on peut se dire que le western a encore de beaux jours devant lui.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants