ZOO

La Cachette des fées

couverture de l'album La Cachette des fées

Éditeur : Mosquito

Dessin : Capucine Mazille

Genres : Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 20.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Publié dans la collection Raconteur d’images, cet art book retrace sur plus d’une vingtaine d’années le parcours artistique de Capucine Mazille dans le monde de l’illustration. Loin de se restreindre aux histoires pour les jeunes lecteurs, sa palette graphique et ses sujets d’inspiration s’étendent bien au-delà de l’imagerie habituellement réservée au public juvénile. En à peine quelques pages, tour à tour, elle fascine, fait sourire, mais aussi, comme dans tout conte de fées digne de ce nom, se révèle également un rien inquiétante.

Dans son introduction, son éditeur Michel Jans note fort justement : « Sûr que le bon docteur Freud aurait bien du boulot. » Le penchant de Capucine Mazille pour les costumes et les décors médiévaux sied bien à son imaginaire peuplé d’un bestiaire impressionnant de diversité : animaux domestiques, animaux sauvages, monstres et dragons, lutins et créatures improbables. Ses personnages hybrides, mi-bêtes, mi-Hommes reviennent constamment sous des jours d’où, parfois, sourd une vague mélancolie, voire une certaine tristesse.

La cachette des fées

Au détour d’une image, on découvre souvent des créatures cachées, tapies dans quelque recoin. Chez dame Capucine, même le monde végétal prend forme et vie. Image récurrente chez elle : un simple oignon avec une figure humaine, expressive et drôle. Certains dessins évoquent Topor, certaines physionomies rappellent Dubout mais aussi Bosch et la peinture flamande du XVe siècle.

Les commentaires pleins d’humour de Nathalie Thomas et Michel Jans ne sont pas exempts, çà et là, de quelques privates jokes évoquant d’autres auteurs du catalogue Mosquito. Il serait vraiment dommage que cette cachette des fées devienne une oubliette tant ce beau recueil se révèle être un véritable enchantement pour les yeux.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants