ZOO

L'Arbre d'Albert (Mars 2016)

couverture de l'album L'Arbre d'Albert

Éditeur : Kaléidoscope

Scénario : Jenni DesmondDessin : Jenni Desmond

Genres : Aventure

Public : De 3 à 8 ans

Prix : 13.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Albert est ravi de revoir son arbre après un hiver passé à hiberner, mais pourquoi ce dernier pleure-t-il si fort ? Quelle est donc la cause de son malheur ? Et comment réussir à le consoler ? Albert et ses amis vont tenter de résoudre ces mystères dans un tendre récit d’amitié joliment illustré.

L’ours Albert se réveille à l’orée du printemps et file aussitôt retrouver son arbre préféré, celui dont il aime tant la matière, le goût et l’odeur. Mais celui-ci semble bien malheureux : il n’arrête pas de pleurer, et rien ne semble pouvoir le consoler. Ni les trous creusés par Lapin pour l’amuser, ni l’herbe cueillie par Caribou, ni les suppliques des habitants de la forêt, que ces sanglots incessants commencent à agacer... C’est finalement un gros câlin, un peu désespéré, d’Albert, qui apportera l’explication de ce chagrin, basé sur un drôle de malentendu. Car dans la forêt d’Albert, les apparences sont parfois trompeuses mais peuvent heureusement déboucher sur de nouvelles amitiés !

L’histoire de ce gros ours sympathique et de son arbre inconsolable est mignonne et la chute, qui révèle l’identité et les raisons du pleureur, maline. On assiste au bel élan solidaire des animaux qui s’unissent pour rendre le sourire à « l’arbre » et on retient le message final très positif. Avoir son arbre c’est bien, le partager avec quelqu’un c’est encore mieux !

Pour nous raconter tout ça, Jenni Desmond mêle les techniques d’illustrations et utilise collage, aplats de couleurs et crayons gras, sur de belles doubles pages à dominantes vertes, brunes et bleutées, qui nous plongent dans une calme forêt de fin d’hiver.

Un album plein de bons sentiments, pour guider les enfants sur le chemin du partage et de l’amitié.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants