ZOO

La Boucherie

couverture de l'album La Boucherie

Éditeur : Vraoum !

Scénario : Bastien VivèsDessin : Bastien Vivès

Collection : Autoblographie

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 16 ans

Prix : 20.00€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Bastien Vivès met le doigt sur ces petits silences, ces moments d’intimité, de joies et de peines qui planent sur tous les couples. Dans un style enlevé, l’humour en filigrane et la réalité en fil rouge sont orchestrés par un graphisme de l’instant, soudain et libéré. Un superbe moment.

Elle l’aime. Il l’aime. À la folie, passionnément. Leur idylle bat son plein. Profitez, jeunes gens. Car le temps passe, l’amour reste, mais parfois change. Le sentiment bouge. Car quand il se frotte au grain rugueux du quotidien, le couple évolue, se transforme. Les sentiments se modèlent, façonnés par la vie à deux. Pas toujours facile. Aussi merveilleuse soit-elle, elle peut parfois être énervante. Réalisme garanti.

La Boucherie

Rarement une bande dessinée n’aura autant exploité les non-dits et les interstices des sentiments amoureux. Car ce qui se joue dans le couple ne se voit ni ne s’entend pas toujours de prime abord. Les sens doivent être aux aguets car la communication non-verbale joue le premier rôle et les silences prennent tout leur sens. Bastien Vivès l’a bien compris et raconte cela avec brio.

La patte de cet auteur, novateur et brillant dans l’émergence du sentiment et de l’émotion, n’est pas née d’aujourd’hui. Elle s’est au contraire construite avec l’expérience depuis ce roman graphique qui est une de ses premières BD en solo. Mais on décèle déjà un talent naissant dans l’art de la suggestion, la justesse avec laquelle il croque le couple et l’humour qu’il porte sur l’Homme.

La Boucherie revêt un petit côté universel : chaque couple devrait y trouver une pincée du sel de son quotidien, des petits désagréments qui énervent sans forcément fâcher, de tout ce qui fait les bons et les mauvais côtés de la vie à deux. La finesse de l’approche conjuguée à un humour en filigrane ont fait de ce titre un joli départ pour l’auteur.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants