ZOO

Scènes de la vie hormonale (Octobre 2016)

couverture de l'album Scènes de la vie hormonale

Éditeur : Dargaud

Scénario : Catherine MeurisseDessin : Catherine Meurisse

Genres : Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 17.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Sans complexes, Catherine Meurisse nous livre avec Scènes de la vie hormonale les interrogations d’une trentenaire titillée par son horloge biologique. Cru, sarcastique et cynique à souhait, cet ouvrage est un véritable régal. Jouissif.

Publiées dans Charlie Hebdo, les histoires de Scènes de la vie hormonale sont compilées idéalement dans cet album. Elles mettent en scène des femmes trentenaires et exposent leurs désirs, leurs amours, leurs frustrations. Nombre de sujets de société sont abordés avec humour tels que la GPA, le sexe, la libido, la maternité, les relations avec la famille, les psy...

Catherine Meurisse jongle avec les sentiments, le tout sur un ton désobligeant, parfois graveleux, toujours hilarant. Elle nous livre des états d’âmes de femmes et met en avant ce qui reste souvent dans le domaine privé. Souvent justes et drôles, ces mini-récits de gags en une planche ne sont pas tendres avec les hommes. Mais ils font mouche à chaque fois grâce à des vérités insolentes et des dialogues savamment pensés, savoureux, piquants.

Le dessin aérien et plein de mouvement se rapproche du croquis, rappelant certaines caricatures de Reiser. Si le propos prime, le trait est néanmoins empreint d’une indéniable vivacité. Presque virevoltant. Quelques touches de couleur rouge évoquant le désir ou l’amour viennent agrémenter des planches assez dépouillées.

Sur un ton humoristique et décomplexée et, à travers le prisme de trentenaires désabusées, l’auteure montre qu’il n’est pas facile d’être une femme dans notre société. Une satire fine qui pose également la question de l’évolution des mœurs. Catherine Meurisse nous rappelle que la quête de l’amour et de l’acceptation de soi n’est vraiment pas une sinécure, mais qu’il vaut mieux en rire !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants