ZOO

Je t'aurai, Fantomas ! (Juin 2016)

couverture de l'album Je t'aurai, Fantomas !

Éditeur : Glénat BD

Scénario : Philippe ChanoinatDessin : Charles Da Costa

Collection : Hors Collection

Genres : Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 15.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Après les Tontons flingueurs ou un Singe en hiver, le duo d’auteurs Chanoinat-Da Costa s’attaque dans Je t’aurai Fantômas à la saga éponyme culte qui a marqué les années 60. Un ouvrage instructif et esthétique pour transmettre aux plus jeunes et raviver les souvenirs des anciens.

Le style de Je t’aurai Fantômas ne diffère pas des précédents ouvrages, voués à redonner du souffle et à rendre hommage à de vieux films français entrés dans l’histoire du cinéma. Après un synopsis en guise d’introduction, chaque page se compose d’une fiche technique retraçant la filmographie des différents acteurs présents dans la trilogie (Fantômas, Fantômas se déchaîne et Fantômas contre Scotland Yard). Une sorte de synthèse de leur carrière agrémentée d’une petite biographie.

Ainsi, on découvre ou redécouvre le parcours de Louis de Funès, Jean Marais, Mylène Demongeot ou encore Raymond Pellegrin, interprète de la voix de Fantômas. Les fiches techniques s’accompagnent de caricatures réalisées au crayon à papier où les personnages s’avèrent très expressifs. La prouesse technique et la qualité du trait donnent à ces ébauches parodiques un aspect presque photographique. Tous les protagonistes sont croqués et le dessin s’attache à restituer des scènes importantes des trois films.

La seule fausse note de l’ouvrage est l’absence de nouveaux éléments sur l’épopée Fantômas. Pas d’anecdotes savoureuses, de gimmicks fracassants ni d’aperçu de l’envers du décor. On ne rit pas comme dans le film mais on s’instruit. Car, telle une archive de l’INA, Je t’aurai Fantômas est une estampe du cinéma français et des acteurs qui ont marqué leur époque, le tout sous une forme esthétique et ludique.

Sans prétention, les deux auteurs continuent leur petit bonhomme de chemin dans la cinématographie tricolore, et rendent joliment hommage aux acteurs qui ont accompagné leur jeunesse.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants