ZOO

L'envol d'Osvaldo (Octobre 2016)

couverture de l'album L'envol d'Osvaldo

Éditeur : Flammarion

Scénario : Thomas BaasDessin : Thomas Baas

Genres : Aventure

Public : De 3 à 8 ans

Prix : 17.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Osvaldo et Piou Piou, son petit oiseau, vivent une vie très banale au dernier étage d’un immeuble placé dans une ville. Rien de très intéressant ne se passe jusqu’à ce qu’une plante magique ne prenne place dans l’appartement et lance une histoire à offrir largement à tous ceux qu’on aime... ou pas.

Osvaldo, personnage très ordinaire, a une vie bien réglée. Son grand et unique plaisir est d’entendre son Piou Piou chanter le matin au réveil et le soir à son retour. Rien d’autre ne compte. Un matin, il est au désespoir car son oiseau ne chante plus. D’une boutique très bizarre, il lui rapporte une plante, censée lui apporter le bonheur. La nuit suivante, la plante envahit tout l’espace ainsi que la ville, transformant en une terrible jungle. Au péril de sa vie, Osvaldo, qui n’avait jamais voyagé, part à la recherche de son oiseau qui s’est enfui.

Après avoir affronté bien des périls, il le retrouve enfin en compagnie d’une jolie oiselle. Piou Piou a retrouvé son chant et fait comprendre à Osvaldo que sa vie est auprès d’elle. Osvaldo revient seul chez lui mais grâce à sa quête il a appris à ouvrir les yeux et les oreilles... Son apprentissage du bonheur est à partager avec tous les enfants de 3 à 8 ans. Cette fantastique histoire d’amour et d’amitié fera fondre tout le monde !

L’illustration laisse sans voix tant elle est magnifique. Thomas Baas n’utilise que deux couleurs, ô combien complémentaires, le vert et le rouge. Son dessin est contenu dans une belle prouesse d’impression avec ses 4 pages dépliables au centre. Le lecteur est vraiment baigné dans la jungle et ses mystères grâce à ce format qui oblige à lire allongé ! Quoi de mieux pour s’en imprégner ?

On aurait tort de se priver de ce pur moment de poésie et de bonheur !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants