ZOO

Otto, l'homme réécrit (Octobre 2016)

couverture de l'album Otto, l'homme réécrit

Éditeur : Delcourt

Scénario : Marc-Antoine MathieuDessin : Marc-Antoine Mathieu

Collection : Hors collection

Genres : Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 19.50€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Introspectif, épatant, percutant et profondément hors des clous, Otto l’homme réécrit de Marc-Antoine Mathieu aborde l’éternelle quête métaphysique à travers le prisme d’un artiste qui cherche à savoir qui il est vraiment. Une fable esthétique et troublante.

L’histoire d’Otto démarre sur une performance artistique où celui-ci se met en scène nu devant un miroir. Il prend conscience lors de cette représentation artistique de l’illusion de son art. Perdu, il se sent comme un mensonge à sa propre personne, à son art, à tout ce qui l’a conduit jusqu’ici. Il ne sait pas qui il est. D’ailleurs, qui peut se targuer de savoir qui il est vraiment ? Qui n’a jamais eu ce sentiment d’être bloqué à l’intérieur de lui-même ? A cette recherche vient s’ajouter un secret de famille...

Que suis-je ? Que ne suis-je pas ? Autant de mystères qu’Otto, le personnage principal tente de percer. Otto ou les pérégrinations d’un homme, d’un artiste accompli, en quête de son moi profond. La quête d’une vie. En tentant de percer les mystères du « moi », l’auteur interpelle le lecteur sur sa propre identité. Un scénario au regard juste sur la représentation que chaque être a de lui-même, à l’heure de l’individualité exacerbé.

Avec un jeu de noir et blanc parfaitement maîtrisé et très graphique, l’auteur distille dans le dessin les pensées philosophiques d’Otto. Les cadrages et les compositions sont léchés et les formes présentées si travaillées qu’elles donnent à la lecture un aspect hypnotique. Avec ces images posées sur le texte en voix off fascinant, on a le sentiment de rentrer dans les méandres de l’esprit de cet être torturé.

Ce récit étonnant est un pari réussi, tant le lecteur se questionnera lui-même sur sa propre existence et explorera les limites du « moi profond ».

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants