ZOO

Jacques Prévert n'est pas un poète (Janvier 2017)

couverture de l'album Jacques Prévert n'est pas un poète

Éditeur : Dupuis

Scénario : Hervé BourhisDessin : Christian CailleauxColoriste : Christian Cailleaux

Collection : Aire Libre

Public : Tout public

Prix : 32.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

La vie de Prévert, c'est tout un roman. Du coup, elle valait bien une BD. Ce superbe album aussi bien construit que dessiné constitue un biopic de choix sur cet artiste aussi fantaisiste qu'humain. On y croise ses compagnons de route, les nombreuses femmes qui ont partagé sa vie, son verre de rouge, sa cibiche. Emouvant.

Surréaliste, engagé dans le groupe de théâtre Octobre, révolutionnaire, cet homme entier et empli de poésie a eu une existence à l'image des cafés de Saint-Germain-des-Prés où l'épicurien avait ses habitudes. De sa rencontre avec André Breton à celle avec Gabin et Morgan, de ses multiples conquêtes à ses voyages, l'auteur de Paroles et des Feuilles mortes méritait bien un roman graphique.

Un travail exceptionnel dans une collection prestigieuse, la bien-nommée Aire libre chez Dupuis. Que pensait Prévert du neuvième art, lui qui a excellé dans le septième ? Parions qu'une telle association du texte et du dessin ne pouvait le laisser indifférent.

Le lecteur avance comme un visiteur de musée dans une œuvre surréaliste où un amateur de vers dans un recueil de Prévert. Doucement, sûrement, en se laissant aller, un peu, et en se perdant, beaucoup. Avec bonheur, avec délice. Ici point de cases ni d'autres codes que le classique : toujours garder à l'esprit que la lecture s'effectue de haut en bas et de gauche à droite, car il est aisé de se perdre dans cette mise en page hors des sentiers battus.

Non, Prévert n'était pas un poète. Il était tellement plus que ça : un écrivain fantaisiste, un cinéaste inspiré, un amant insatiable, un ami caractériel. Un homme, en somme. Dont l'esprit créait en permanence. Il n'était pas possible de lui rendre un plus vibrant hommage.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants