ZOO

La France sur le pouce

couverture de l'album La France sur le pouce

Éditeur : Dargaud

Scénario : Olivier CourtoisDessin : PhicilColoriste : Phicil

Public : À partir de 12 ans

Prix : 19.99€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Voyager autrement, abandonner les contraintes horaires et matérielles pour prendre le temps de la rencontre et de l’échange, du hasard et de la simplicité. C’est le pari d’Olivier, qui raconte en BD son beau parcours d’autostoppeur au long cours.

À l’aube de la quarantaine, après une rupture et une démission, Olivier s’interroge. Le modèle d’une vie bien tracée lui convient-il encore ? La réponse est évidente, sa réorientation toute trouvée : désormais, il sera autostoppeur ! C’est parti pour un grand tour de France le pouce en l’air, avec pour seule contrainte d’éviter les grandes villes.


De sa jeunesse de routard, il a gardé les bons réflexes et rapidement le voyage commence, avec son lot de surprises et de réflexion. 4 500 km et des dizaines de rencontres plus tard, Olivier est revenu à son point de départ, apaisé, transformé… Et toujours peu disposé à rester !

Le récit nous embarque sur les routes de campagne, dans une enrichissante virée à peu de frais. Au fil des kilomètres et des confessions, on découvre des petits morceaux de vie. Celle d’Olivier qui se livre au gré de ses réflexions introspectives et celles des gens qu’on croise tous les jours sans leur parler. Car ce tour du pays est le prétexte assumé à la rencontre de ses habitants, d’une humanité dans toute sa diversité.


Et c’est peu dire que le panel est varié : un ex-boulanger taiseux, une ancienne droguée délurée, un militant communiste, un binôme de raëliens, un chanteur de variété hollandais et même un homme heureux ! Une galerie de personnages non exhaustive, d’autant plus savoureuse que 100% réelle ! Côté dessin, c’est surtout par les décors, villes et paysages que se distingue cet album, avec un beau travail de détail et de couleur, qui nous fait littéralement voyager...

La conclusion est facile mais adaptée : un pouce en l’air pour cet album !

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants