ZOO

Contes et Rock'n Roll (Octobre 2016)

couverture de l'album Contes et Rock'n Roll

Éditeur : Ankama

Scénario : Maria-Paz MattheyDessin : Maria-Paz Matthey

Genres : Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 13.90€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.5

Dessin

2.5

Maria Paz remet au goût du jour les contes qui ont bercés notre enfance et celle de nos aïeuls en les affublant d’un ton radicalement décalé. Une idée assez originale qui aurait mérité d’être mieux exploitée.

Le Petit Chaperon rouge, Le Chat botté ou encore Riquet à la houppe en versions contemporaines et détonantes, voilà le postulat de départ de Contes et Rock’n roll. Reprenant quatre contes connus, l’auteur s’amuse à les détourner en quatre histoires amusantes qui, à coup d’expressions peu travaillées mais modernes, et de personnages loufoques, perdent parfois un peu de leur essence originelle.

Malgré un manque cruel de subtilité dans les dialogues, souvent niais et à l’humour douteux, ces versions modernisées livrent toujours une morale. Leur narration très dynamique fait s’enchaîner l’action rapidement si bien qu’il n’y a pas de place pour l’ennui. Maria Paz a le mérite d’ajouter un grain de folie et des ingrédients nouveaux à des intrigues ultraconnues.

Le plaisir qu’elle a éprouvé à jouer avec les codes du genre est communicatif. Néanmoins, on regrettera qu’hormis quelques références comme le King du château dans le Chat botté, bien sûr calqué sur Elvis Presley, l’album n’ait de rock’n roll que le titre.

Le dessin offre habilement un style très minimaliste et pêchu, un cocktail idéal pour un ouvrage qui fait allusion à des œuvres jeunesse. Si le trait et l’expressivité des personnages auraient toutefois mérité d’être plus aboutis, ce manque est compensé par des planches pleines de fantaisie aux couleurs franches et contrastées.

On reste un peu sur sa faim après ces 80 pages de contes à la sauce rock : ce recueil de quatre histoires sympathiques et pleines d’énergie manque juste de relief.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants