ZOO

Faire la loi

couverture de l'album Faire la loi

Éditeur : Glénat BD

Scénario : Hélène Bekmézian, Patrick RogerDessin : Aurel

Collection : Hors Collection

Genres : Documentaire BD

Public : À partir de 16 ans

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

La loi Macron, de sa naissance à son adoption. C’est tout l’objet de cette excellente BD, une lecture d’actualité en pleine campagne présidentielle. Un récit au cordeau illustré avec fougue, des personnages réels en costumes de fiction, un rythme haletant... Faire la loi décrypte la face cachée de nos gouvernants.

Comment naît une loi. Comment elle est pensée. Conception. Rédaction. Mise en forme. Ensuite, c’est l’échiquier politique. Le grand jeu. Les hasards du calendrier. Lancez le dé. Préparez-vous à quatre jours de manifs. Patienter. Dès son entrée au gouvernement, Emmanuel Macron n’a pas perdu de temps pour dessiner sa loi. Cette bande dessinée suit les coulisses de son avancée à travers le prisme d’un jeu de société. Sauf que c’est la vraie vie. En tout cas celle du monde politique.

Hélène Bekmézian et Patrick Roger semblent avoir jeté les dés de ce scénario comme Macron et son équipe avancent dans l’aboutissement : à travers un jeu. Car la politique est-elle autre chose qu’une partie d’échec ? Ici, on est plus dans un jeu de plateau façon Destin ou La Bonne Paye. Version réelle. Mené à un rythme haletant, le récit prend petit à petit de la profondeur.

D’abord paru en deux volets dans la Revue dessinée, ce récit donne à voir les méandres d’un système de calculs dont l’unique objectif est de remporter la partie. Aurel s’illustre par un dessin très efficace et dynamique à souhait, tout en restant à l’économie. Pas de surcharge, direct à l’essentiel. En marche ! quoi.

On retrouve l’ambiance de Quai d’Orsay, le diptyque de Christophe Blain qui a fait naître un film. L’expressivité des personnages, soutenue, retranscrit de façon très réaliste la masse de travail et le stress, moteur, qu’entraîne une telle loi pour ses protagonistes. On transpire en même temps qu’eux.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants