ZOO

Macbeth

couverture de l'album Macbeth

Éditeur : Mosquito

Scénario : Philippe MarceléDessin : Philippe Marcelé

Genres : Fantastique, Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 18.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Après avoir mené bataille contre l’envahisseur norvégien, Macbeth et le général Banquo s’en retournent victorieux sur leurs terres. En chemin, trois sorcières prédisent que Macbeth deviendra roi d’Ecosse. Encouragé par son épouse à réaliser la prophétie, Macbeth tue le roi Duncan. Entiché par la tragédie de Shakespeare, Philippe Marcelé se pique au jeu et l’adapte une nouvelle fois en bande dessinée. Une réussite à tous les égards.

En effet, Philippe Marcelé publia sa première version de Macbeth sur un scénario de Bellec dès 1979. Cette fois, il a tenu à adapter seul ce classique du théâtre et n’a pas hésité à le redessiner entièrement, sans rien conserver de l’ancienne version. Et, pour donner une respiration plus ample de la pièce, il n’a pas hésité à augmenter la pagination de son album de façon conséquente.

Cette envie de se refrotter au puissant texte shakespearien n’est pas exceptionnelle. Au cinéma, on compte pas loin d’une quinzaine d’adaptations dont les plus célèbres furent signées Orson Welles en 1948 ou Roman Polanski en 1971.

Dans un respect aussi strict que possible du texte original, Marcelé construit son album dans un noir et blanc charbonneux impeccable de précision, tant dans le rendu des décors et des ambiances, que dans l’attention portée aux costumes et aux expressions de ses personnages, tous convaincants dans leurs rôles respectifs. Et comment ne pas succomber aux charmes de ses trois sorcières qui, sous l’égide de la tricéphale Hécate, auront le mot de la fin !

Après avoir (re)publié de nombreuses adaptations littéraires de l’italien Dino Battaglia dans un style graphique somme toute assez proche de celui de Philippe Marcelé, les éditions Mosquito font preuve d’une évidente cohérence dans leurs choix. Et pour ceux qui sont intimidés par la lecture de ce grand classique, ce Macbeth devrait avoir raison de toutes leurs réticences.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants