ZOO

Karen Dalton : Jeunesse d'une femme libre, de Greenwich Village à Woodstock (Septembre 2017)

couverture de l'album Karen Dalton : Jeunesse d'une femme libre, de Greenwich Village à Woodstock

Éditeur : Sarbacane

Scénario : Cédric RassatDessin : Ana Rousse

Collection : BD

Genres : Documentaire BD, Récit de vie

Prix : 19.50€

ma collection
ma wishlist

Le résumé de l'album

Karen Dalton a été, au début des années 60, l’une des principales figures de la scène folk de Greenwich Village d’où ont également émergé des chanteurs comme Bob Dylan. Sa voix d’écorchée vive, esquintée par la vie, l’alcool et les drogues, rappelait immanquablement celle de Billie Holiday. Elle n’écrivait pas de chansons et se contentait de chanter celles des autres : de vieux blues, des chansons de ses amis ou des tubes de musique soul. Son talent et sa démarche artistique particulière, affranchie des codes de la scène de Greenwich Village, l’avaient toujours située à la marge. Elle fut à sa façon, l’une des premières hippies. Dans sa vie personnelle, Karen Dalton était aussi une femme libre et très indépendante, déjà mariée, séparée et mère deux fois (de deux pères différents) au moment de son arrivée à New York, lorsqu’elle avait 23 ans. Elle vivra la dernière partie de sa vie dans une grande pauvreté, accro à l’héroïne, et finira par mourir du sida en 1993. Redécouverte à la fin des années 90, avec les premières rééditions de ses albums en CD, Karen Dalton n’a depuis cessé de voir son public s’étoffer. Des chanteuses comme Adele ou Keren Ann la désignent comme un modèle, Nick Cave est l’un de ses plus grands fans et Bob Dylan la considère comme la meilleure chanteuse qu’il ait jamais entendue.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants