ZOO

Le Dernier poisson

couverture de l'album Le Dernier poisson

Éditeur : L'école des loisirs

Scénario : Lina MumgaudyteDessin : Lina Mumgaudyte

Collection : Pastel

Genres : Récit de vie

Public : De 3 à 5 ans

Prix : 13.50€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Aujourd’hui, la mer n’est pas comme d’habitude, remarque un vieil ours pêcheur. Et pour cause, elle est désormais vide ! Une jolie fable écologique à destination des tout jeunes lecteurs, pour apprendre à respecter la terre et ses ressources.

Un proverbe amérindien, hélas toujours de triste actualité, proclame : « Lorsque l'homme aura coupé le dernier arbre, pollué la dernière goutte d'eau, tué le dernier animal et pêché le dernier poisson, alors il se rendra compte que l’argent n’est pas comestible. » Point d’homme ni de velléité pécuniaire ici, mais Grand-père Abou et ses deux oursons de petit-fils, Chiamaka et Kekou, qui sortent de l’eau, en guise de dîner, le tout dernier poisson.

Catastrophe ! Celui-là, il ne faut pas le manger... Mais alors qu’ils le ramènent au village pour chercher une solution, la situation devient encore plus dramatique : ils se font chiper le poisson par Papa Renard ! Lancés à sa poursuite, Chiamaka et Kekou découvrent une heureuse surprise dans la tanière du pas si vilain voleur et de son fils Neka. À eux trois, les oursons et le renardeau arriveront peut-être à repeupler la mer... En attendant, quelques fruits des bois feront tout aussi bien l’affaire pour remplir les estomacs !

Cette gentille fable à visée écolo, œuvre d’une jeune et talentueuse artiste lituanienne, se distingue d’abord par son graphisme original. Ses personnages d’animaux aux gueules toutes rondes et aux couleurs gouachées sont tout à fait uniques et témoignent d’un style personnel, aussi attractif qu’expressif.

Rien à redire sur la morale de l’histoire, qui invite à unir les forces et à partager les ressources pour protéger une nature épuisée. L’avantage de celle-ci, c’est que, comme souvent dans les livres pour enfants, ça finit bien ! Ce qui ne sera probablement pas le cas pour notre vraie planète, mais il s’agit là d’une autre histoire... beaucoup moins chouette.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants