ZOO

Balthazar au pays blême (Août 2017)

couverture de l'album Balthazar au pays blême

Éditeur : Casterman

Scénario : François CorteggianiDessin : Mathilde Domecq

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 18.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

4.5

Balthazar au pays blême est une longue saga qui narre en un seul tome les aventures du jeune Balthazar, un orphelin dans la Russie du début du XXe siècle. Une plongée pleine de poésie au cœur du folklore russe qui ravira les enfants.

Placé dans un orphelinat, le jeune Balthazar est poursuivi par un effrayant personnage nommé Raspoutine qui envoie à ses trousses la garde sombre. L’orphelin parvient à s’enfuir grâce à l’aide d’une petite bohémienne et de son ours apprivoisé. Trouvant refuge dans un cirque, il déclenche le courroux d’une brute barbue mais lui échappe avec le soutien d’une diseuse de bonne aventure. Balthazar part alors à la recherche de la Baba Yaga, une sorcière qui habite dans une isba juchée sur un pied de poule. Ses pérégrinations l’amèneront ensuite à rencontrer un ogre puis les douze mois de l’année...

Le scénario de la bande dessinée s’articule sur la poursuite du jeune Balthazar par les sbires du terrible Raspoutine. Dans sa fuite, le jeune orphelin va faire de nombreuses rencontres, amies ou ennemies, qui sont autant d’occasions de revisiter le folklore russe. L’intrigue de François Corteggiani convainc grâce au rythme étourdissant de l’histoire et aux nombreux personnages hauts en couleurs et attachants.

Mathilde Domecq possède un trait épuré mais très expressif. Malgré l’apparente simplicité de son dessin, elle ne recule pas devant les perspectives audacieuses et les cadrages dynamiques. Ses personnages très expressifs sont habillés de couleurs pastel également très tendres et très réussies. À noter que les différents chapitres sont séparés par de somptueux tableaux d’une page en noir et blanc.

Cette aventure menée tambour battant est plus subtile qu’il y paraît, malgré l’apparente naïveté du dessin. Elle enchantera les enfants sans pour autant rebuter leurs parents.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants