ZOO

Ar-Men, L'Enfer des Enfers

Partagez et donnez votre avis

Critiques Presse

Note moyenne : 4.7 pour 6 critiques presse

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

6 Critiques Presse

note de la critique

A une dizaine de kilomètres de l’île de Sein se dresse le phare d’Ar-Men, édifié dans la seconde moitié du XIXe siècle sur un étroit piton rocheux entouré de récifs. Un siècle plus tard, sur les pas de Louis lors de la relève des gardiens, nous allons découvrir l’histoire de cet édifice bravant les flots déchaînés de la mer d’Iroise. Emmanuel Lepage, aguerri aux bandes dessinées de reportage, n’oublie pas d’y inclure une part bienvenue de légende et de fiction.

note de la critique

Un magnifique album qui démontre bien qu'Emmanuel Lepage est décidément plein de surprises. Un auteur à l'imagerie troublante d'émotion, pleine de subtilité... C'est sublime !

note de la critique

Emmanuel Lepage raconte l’enfer du phare Ar-Men

Malgré les histoires emboîtées, le récit reste fluide. La « transe » est palpable à travers des dessins d’une remarquable intensité. Les couleurs sont magnifiques. On y retrouve, entre autres, le vert électrique tirant sur l’émeraude cher au dessinateur qui a su retranscrire une atmosphère particulière pour chaque époque, grâce à des couleurs et graphismes différents.

note de la critique

Ar-Men, pour tous les amateurs de la mer, ce nom est synonyme d’espoir dans la tempête. Ce fanal miraculeusement accroché à la roche tout au bout de l’île de Sein est l’exemple par excellence du phare. Il signale la côte pour éviter les naufrages, mais, surtout, symbolise l’ultime étape avant le grand large et l’inconnu. Pendant près de cent-cinquante ans, ce sont des hommes, par équipe de deux, qui ont veillé à ce que sa lanterne fonctionne coûte que coûte. Seuls à l’intérieur de leur tour, ces gardiens, plus vraiment des terriens, mais nullement des marins pour autant, [...]

note de la critique

À travers le quotidien de 2 gardiens du phare Ar-Men, nous apprenons les difficultés qu'il y a eu à construire cet enfer des enfers… Rappel : le terme enfer qualifie les phares isolés en haute mer, purgatoire ceux des îles et paradis ceux sur le continent. L'un des gardiens raconte le conte d'Ys au fantôme de sa fille et cela donne l'occasion à Emmanuel Lepage de créer en image une ville ressemblant à un bateau fendant les flots. Le récit du jeune bâtisseur du phare permet au lecteur de découvrir un fantastique vaisseau fantôme où l'ankou de la mer (premier noyé [...]

note de la critique

Posé fièrement sur un promontoire rocheux au milieu des flots, Ar-Men brave les éléments pour guider les marins et éviter qu'ils ne s'échouent sur les rochers de la chaussée. Immersion dans l'antre de « l'Enfer des enfers »...

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants